Accueil » Kanye West au Zénith: la chronique

Kanye West au Zénith: la chronique

« Le mec est parti comme un voleur! »
« C’est quoi ce final sans final?! »
« Putain il a pas joué Niggas in Paris! »
Voilà un peu le genre de commentaires entendus ici et là dans les travées du Zénith, comme un mélange de frustration et d’incompréhension..
Avant ça on a pourtant passé un chouette moment, globalement. Flashback..
Une scène d’un blanc immaculé, un écran maousse derrière et deux autres sur les côtés, une sono qui franchit régulièrement les 100db, le tout encadré par des hommes-momies qui gèrent la bande son..
Le messie Kanye West met littéralement le public à genoux en 5 titres (Cold, Mercy, Can’t Tell Me Nothing, Power et Jesus Walks), le Zénith tremble sous les basses et les projections de paysages pourraient lui donner l’idée pour une prochaine fois de décaler sa prestation de quelques dizaines de mètres, à savoir à la Géode..
Vient le moment à la fois attendu (allez, on voulait tous le voir son masque à plumes!) et en même temps craint (ça va pas durer trop longtemps?): la 1ère séquence vocoder.
Force est de constater que Kanye a un peu perdu son auditoire en route et l’on a du mal à rester focus à 100%..
« Flashing lights » vient sonner la fin de la récré et « All of the lights » nous remet définitivement dans le bain, avant d’enchaîner avec un passage de « Birthday song ».
« Clique » part de belle manière et se poursuit par un discours mêlant pêle-mêle Basquiat, Disney et Steve Jobs..
Les autres temps forts? Facile! Good Life, All Falls Down et Stronger, sans conteste..
Ah et bien sûr le masque en diamants! Porté notamment pour interprété « Diamonds » (normal).
Un show qui se termine par « Runaway » et « Lost in the world » vous en pensez quoi? Pas possible hein!
Non Kanye nous gratifie d’un rappel avec « Gold digger », qui redonne un élan de folie générale.
Et là tout bascule.. Il se tient immobile en haut de la scène, reste dans cette position un petit moment, sourit, le public scande « Niggas in Paris », pense le tenir… et Kanye se barre..
Mais quand je vous dis qu’il se barre, c’est immédiat et sans appel! Les lumières se rallument et tchao-bye-bye..
Les gens mettent un temps avant de réaliser que c’est terminé, tant ils s’attendaient à un peu + de rab, au moins LE titre qui avait était joué un nombre de fois incalculable pendant la tournée Watch The Throne.
Kanye (ou l’organisateur) en a décidé autrement, dommage pas de happy end à Paris..

                            

« Jesus Walks »

 

 « Clique »

 « Diamonds » (extrait)

La playlist du concert (chopée somewhere sur le net):
01) Cold
02) Mercy
03) Can’t Tell Me Nothing
04) Power
05) Jesus Walks
06) Say You Will
07) Heartless
08) Homecoming
09) Flashing Lights
10) All Of The Lights
11) Birthday Song
12) Clique
13) I Don’t Like
14) Good Life
15) All Falls Down
16) Stronger
17) Run This Town
18) Diamonds
19) Runaway
20) Lost In The World
Rappel:
21) Gold Digger

THOMAS

3 réflexions sur “Kanye West au Zénith: la chronique”

  1. Je crois que pas mal de gens te rejoindront! Quant aux hypothétiques séquences en playback, c'est vrai que des plumes ou des strasses/diamonds qui frottent sur un micro, normalement ça s'entend.. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.