Accueil » Nina Attal : Interview + Concours

Nina Attal : Interview + Concours

La jeune prodige à la voix blues et aux rythmes funky Nina Attal sort aujourd’hui même son 2eme
album « 
Wha« .

Pour ceux qui ne la connaissent pas encore, voici un bref historique..
Premiers cours de chant à 7 ans, piano (puis guitare) à 12 et premières
scènes à 14 ans dans les caveaux de jam du Quartier Latin (où elle rencontre
son complice musical Philippe Devin, qui ne la quittera plus).
A 17 ans, elle gagne plusieurs prix dans divers tremplins blues et à 19 ans publie son premier album « Yellow 6/17« .
Hyper motivée et énergique, cette boulimique de travail vient d’enchaîner plus de 300 concerts en 2
ans, des petites salles municipales aux gros festivals (elle est forcément
déjà passée près de chez vous, ne la ratez pas la prochaine fois !).
C’est justement dans l’un de ces festivals, à Sète, qu’elle va faire une
rencontre importante. 
Sa première partie pour Nile Rodgers attire
l’attention de Jerry Barnes, bassiste de Chic, mais aussi compositeur et producteur de la scène groove US.
De cette rencontre naîtra « Wha« , album funk/pop/rock
réunissant d’anciennes compositions de Nina et Philippe et de nouvelles créées avec
Jerry pour un total de 12 morceaux très réussis.
L’enregistrement a eu lieu à New York avec des musiciens de talent tels
Steve Jordan et Bashiri Johnson.

J’ai eu le plaisir de lui poser quelques questions afin d’en savoir
plus :

GBHM : Tout d’abord Nina, comment ca va ? Pas trop crevée après
ton marathon scénique ?

Nina : Nickel ! En pleine forme justement pour promouvoir le nouvel
album et le jouer sur scène!
GBHM : Quel est ton premier souvenir musical, ou celui qui t’a donné
envie de chanter ?

Nina :
Des souvenirs de cd que tu mets dans le lecteur et qui te transcendent ! Style
Led Zeppelin, 
AC/DC ou Queen
Et Sir Duke
de Stevie Wonder découvert à la radio.



GBHM : Quels artistes t’ont le plus influencé dans ta manière de
jouer ou de chanter ?

Nina : Ce qui m’a influencé directement c’est le
blues ! Coup de coeur pour cette musique sincère et son histoire ! Les gens qui
m’ont énormément influencée au début sont BB King, Albert Collins, Aretha
Franklin ou encore Ray Charles.



GBHM : Tu sembles être autant musicienne que chanteuse, quels
instruments 
maîtrises-tu ?

Nina : Mon instrument c’est vraiment la guitare ! D’ailleurs mes
premiers pas sur scène l’ont été en tant que guitariste. Maintenant je me
considère vraiment chanteuse et musicienne car j’adore aussi écrire et
composer. Sinon je touche un peu au piano. Et si on me demandait de faire un
morceau à la basse je pense que je pourrais. Mais mon compagnon de route
Philippe Devin maîtrise tout ! Il est mes 3ème et 4ème mains !
GBHM : Parlons maintenant de ton actualité. Tu peux commencer par nous
raconter ta rencontre avec Jerry Barnes ?

Nina : Une merveilleuse rencontre ! Nous avons fait la première
partie deux fois de suite de Chic l’été 2013 et nous avons eu l’occasion de
parler avec eux et de donner la maquette de nos nouveaux morceaux à Jerry, qui
nous a rappelé pour nous dire de venir composer avec lui à New York. Nous
cherchions à ce moment-là un réalisateur pour le nouvel album et voilà ! Il nous
a offert la chance d’enregistrer avec des musiciens de renom que nous admirons
depuis notre enfance !
GBHM : Et justement comment s’est passée la réalisation de cet
album avec tous ces musiciens prestigieux ?

Nina : Très bien. On se sent tout petit mais c’est le rêve d’une
vie. On prend une claque humainement parlant aussi ! Donner le meilleur de soi,
se surpasser, c’est la philosophie à NYC ! Et ils sont humbles et très pros !
Dans ces conditions j’enregistre des morceaux tous les jours !
GBHM : J’ai un petit faible pour le morceau qui ouvre l’album « Ain’t gone« , tu peux nous en parler ?

Nina : « Ain’t gone » est un morceau qui a été
composé avec Jerry Barnes et Philippe Devin (mon compagnon de toujours). Ça part d’une jam faite dans la cabine de Jerry à l’Avatar Studios et ensuite
chaque musicien a amené sa touche, sous les commandes de Philippe et Jerry.
Pour le chant j’ai voulu faire simple efficace, à l’ancienne.



GBHM : Et le titre de l’album, « Wha« , il vient
d’où ?

Nina : « Wha » cela part d’un mardi soir ou avec
Philippe on va voir une jam au Cafe Wha dans NYC. Funk à souhait ! Du coup je me
fais tatouer « Wha » le lendemain sur l’avant-bras et on se dit que ça peut bien
traduire l’ambiance de l’album ! Et Voilà…
GBHM : Tu vas présenter ton album au Divan du monde le 7 octobre,
j’imagine qu’il y aura encore une tournée à suivre non ?

Nina : Oui bien sûr ! Déjà nous enchainons avec une tournée
allemande de 2 semaines au mois de novembre. L’album sort en Allemagne fin
octobre et il y aura pleins de dates en France à venir aussi ! 



GBHM : Avec tes nouvelles connections, tu envisages des dates
américaines ?

Nina : J’aimerais vraiment que Jerry nous trouve un petit label
pour que les CD soient distribués aux US. Ce qu’on a fait est un 1er pas
là-bas. Donc oui une tournée US c’est tout ce dont je rêve !


GBH Music vous propose de vérifier par vous-même que Nina sur scène, c’est du sérieux ! On vous fait donc gagner 2×2 invitations pour son concert au Divan du monde, le 7 Octobre.

Pour participer, il vous suffit de :
– vous rendre sur notre page Facebook
– poster sur notre mur : « Nina Attal »

Le tirage au sort aura lieu le 3 Octobre aux alentours de midi et les gagnants avertis directement via facebook !



ARNOLD

2 réflexions sur “Nina Attal : Interview + Concours”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.