Deux chansons en chaussons : Elizabeth


Difficile de ne pas craquer face à la pétillante Elizabeth dont le splendide titre "Beautiful baby" a marqué notre année 2019, tout autant que son album "The Wonderful World of Nature".
L’australienne y chante ses peines, ses déceptions et ses espoirs sans artifice, s’érigeant même en "patron saint of sad girls".
Un album post-rupture à la sincérité désarmante, qui nous montre l’envers du décor avec poésie et un drama pleinement assumé.
Si la voix d’Elizabeth vous semble familière, cela est dû à son (récent) passé au sein du groupe Totally Mild où elle officiait déjà comme chanteuse.

Pour info les sessions sont publiées dans un premier temps sur la page Facebook et le compte Instagram de "Deux chansons en chaussons", avant d'être mises en ligne sur Youtube.
Voilà, vous savez ce qu'il vous reste à faire si vous voulez en avoir la primeur !

La compo :
Elizabeth nous interprète le premier single de son album "The Wonderful World of Nature", le bouleversant "Parties".
Avec pour trame de fond un amour brisé, le titre décrit la descente aux enfers à travers un enchaînement tête baissée de soirées et d’excès. Une manière de forcer l’oubli, avant un retour à la lucidité nécessaire pour tourner la page.
Que l’on se rassure, Elizabeth est désormais bien entourée puisque c’est en compagnie de son boyfriend Francis, de ses parents et de ses trois chiens (l’un d’entre eux fait même une courte prestation vocale) qu’elle vit son confinement en Australie.


La reprise :
Elizabeth a choisi de reprendre probablement l’un des titres les plus emblématiques du groupe Fleetwood Mac : "Dreams".
Il aura valu aux anglais leur seule et unique première place au classement des charts U.S., ce qui n’est pas peu dire.
Ecrit par leur chanteuse/pianiste Stevie Nicks, "Dreams" serait sa propre conception de la séparation latente d’avec le guitariste (et également membre de Fleetwood Mac) Lindsey Buckingham, alors que ce dernier aurait eu une approche un peu plus "radicale" de celle-ci en composant un autre tube -figurant sur le même album- bien connu : "Go your own way".
Il faut dire que les histoires de cœur étaient monnaie courante au sein du groupe à l’époque, pour le meilleur et pour le pire...


THOMAS

Aucun commentaire:

Publier un commentaire