MaMA Festival 2017 : le bilan !


Le gros inconvénient du MaMA Festival – en réalité le seul – c’est qu’en raison de l’offre pléthorique de concerts et de lieux, nous avons presque systématiquement dû splitter notre team, reflet de l’éclectisme musical présenté sur ce site, quitte à nous retrouver au gré de nos errances nocturnes.


Ainsi notre photographe LudoFJ a, comme vous le verrez, choisit de faire la part belle au hip-hop cette année.
De mon côté, j’ai débuté cette édition par le (trop court) showcase du prometteur SiAu, dont le premier titre "Ce soir je sors", quatre minutes d’exécutoire post-rupture électro-pop chanté en français (très fort pour ma part devant la scène du FGO-Barbara), m’obsédait complètement depuis sa sortie.


Une perte de semelle, un changement de chaussures, des retrouvailles et un apéro pro plus tard, direction le Backstage by the Mill et la soirée Inouïs pour revoir devant sensiblement plus de monde que la dernière fois l’encensé Eddy de Pretto et les survoltés Lysistrata.


Trop d’hésitations nous feront rater Chaton (ah ce nom !) au grand dam de notre rédac’ chef bien aimé, avant pour ma part de terminer la soirée en beauté devant les inégalables Abstrackt Keal Agram.


Le jeudi soir, c’est tout d’abord le Carmen qui fut plébiscité, tant le plateau proposé était de qualité, à commencer par M.A BEAT !, entre son organique et parties de "Titre !", puis la jolie découverte québécoise Geoffroy et enfin le bien-nommé Chelou.




Entre-temps, nous avons aussi réussi à nous glisser au Bus Palladium pour les dernières minutes de Malik Djoudi dont l’incroyable reprise de "Cambodia" de Kim Wilde me restera en tête de longues heures. Un rapide passage par le show de KillASon qu’il est déjà l’heure de rejoindre la Machine du Moulin Rouge où nous avons trépigné d’impatience devant Blow et Leska en attendant la déflagration Meute. Fin de soirée en apothéose et public en extase.


Le lendemain, c’est dans l’écrin du Théâtre de l’Atalante qui accueillait également l'envoûtante Surma que nous avons découvert le singulier VOYOV, passant littéralement le concert à ses pieds pour cause de jauge blindée. Tellement dans son trip qu’il en a marché sur sa guitare posée à même le sol, le garçon nous a complètement séduits par ses mélodies recherchées et ses textes ciselées.


Passage obligatoire et jubilatoire par le live de la divine Corine entre deux allers-retours au théâtre du lycée Jacques Decour qui réunissait les toujours puissants Winter Family et le captivant Chapelier Fou pour les 20 ans du formidable label Ici d’ailleurs. Sans oublier le live dément du chouchou Puzupuzu.




De son côté, notre photographe LudoFJ s'est frotté à la chaude ambiance du Folie's et a pu mesurer le succès des belges de l'Or du Commun, avant de faire connaissance avec Isha et sa bande.

                                                                                               l'Or du Commun
                                                           
                                                                                               l'Or du Commun

                                                                                  l'Or du Commun et Roméo Elvis

                                                                                                                   Isha

                                                                                                                   Isha

Direction ensuite le Backstage by the Mill pour un 1er verre en compagnie de la #teamgbhmusic et retrouver le showman KillASon, aussi à l'aise sur scène qu'un Ronaldinho en futsal.

                                                                                                           KillASon

                                                                                                           KillASon

Force est de constater que le concert de VOYOV a mis tout le monde d'accord et fait l'unanimité absolue au sein des troupes.

                                                                                                           VOYOV

                                                                                                           VOYOV

"Tu ne connais pas Chilla ? C'est la nouvelle Diam's !". C'est en entendant cette assertion devant la Boule Noire que LudoFJ a décidé d'en franchir les portes, car il est comme Saint Thomas notre photographe...

                                                                                                                Chilla

                                                                                                                Chilla

Tous les clichés sont (c) LudoFJ !

MAUD

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire