Accueil » SEEKAE: Don’t worry, be gloomy (Interview VO/VF)

SEEKAE: Don’t worry, be gloomy (Interview VO/VF)

Future Classic est décidément un label qui porte bien son nom, tant ses
découvertes (Flume, Chet Faker  et Jagwar Ma en têtes de gondole)
ont vocation à devenir
des objets de culte, et pas seulement dans leur Australie natale.
En sortant le 3e album du trio australien Seekae
estampillé IDM / post
dubstep / UK bass, il
s
ont une fois encore fait preuve de flair.
Le groupe, formé en 2006 par les potes
d’enfance Alex Cameron, George Nicholas et John Hassell, à l’origine sous le
nom de « Commander Keen«  en référence au jeu vidéo 90’s, modifié
ensuite en Seekae (« CK« 
donc, pour de sombres histoires de propriété intellectuelle,) a vu son deuxième
effort « +Dome«  consacré comme l’un des
meilleurs albums de bass music de 2011.

Aussi les fans de la première heure s’étaient-ils inquiétés
du virage pop annoncé par le groupe sur le nouvel opus intitulé « The Worry« , ce d’autant plus que l’autre grosse nouveauté, et non des
moindres, était l’omniprésence de la voix du batteur Alex Cameron sur la
totalité de l’album, l’intro « Black out«  exceptée.
Appréhensions balayées d’un revers de baguettes avec
la sortie des deux premiers single « Another«  et « Test &
Recognise« , aussi différents qu’ils sont sublimes. Ce que ces deux titres
avaient laissé entrevoir d’émotions habilement triturées est confirmé par
l’écoute intensive de cette nouvelle galette hypnotique, parfois fantomatique,
souvent mélancolique, belle tout simplement.

Nous les avons interviewés à leur hôtel parisien peu
après leur arrivée dans la capitale, quelques heures avant leur concert au
Point FMR, encore un peu groggy du voyage et malgré cela hyper disponibles et
chaleureux.
Si vous avez raté leur show (bouillant !) du 22
octobre dernier, surveillez leurs dates de concert en Europe. Le trio a en
effet promis de revenir très vite à Paris. Et chez GBH Music, on a
particulièrement hâte de les retrouver en live !
En partageant croissants et pains aux chocolats
(Paris oblige) offerts par John, lequel s’exprime au demeurant dans un français
excellent, les trois adorables australiens nous ont raconté une légende urbaine
bolivienne, donné leur avis sur la peinture chinoise et énumérés leurs idées
pour tester les nerfs de leur label.
GBHM : Hey guys ! How are you
and how does it feel to be back on tour in Europe following the release of the
new album ?
Seekae :
We’re very excited to play some shows there ! We’ve played one show before in
France a few years ago and it feels really good to be back. It’s always great
to play in front of new people in small venues, even if we’re not used to back
home.
GBHM : Can you say a few words about
the live set-up you’ve been working on ? Something special for tonight ?
Seekae :
It’s always special ! We try to make every new show more special than the last
one. We’ve been performing for seven years, so it’s really special by now
[laughs]. It’s gonna be some different interpretations of the songs on the
records in terms of arrangements. We’ll be playing more up-tempo / up-beat
versions of the songs. It’s gonna be a combination of some of our older stuff
and obviously the new material because we’re really excited to have people
hearing these new songs. We’ve released three records and we’re gonna play
songs from all of them tonight, but it’s more focused on the new.
GBHM : The big surprise on this
new album is obviously the adding of Alex’ vocals on every track. Why did you
decide to move away from instrumental music ?
Seekae :
It just felt natural. As an artist, you got to keep changing your sound and
make something that excites you. Adding vocals is the most obvious difference
but there are other differences. The writing methods also changed a little bit.
Geographically, John moved to London, so half of the album or so was written in
London. But it’s just something that we tried and that worked. You might look
back and think « wow, it’s kind of different« , but it wasn’t a « forced«  change.
It wasn’t too considered and we just let it happen naturally.
GBHM : How did the band proceed
to compose the instrumental part of the tracks and write the vocals ? Who did
what exactly ?
Seekae :
We all did a little bit of everything. It was all quite communal. Normally an
idea or a melody comes from one of us and that one person will work on it until
he adds someone else to bring his ideas. It’s kind of mixed. It was not
necessarily that the vocals always precede the song and dictate the
construction of the song. Often we had a certain mood for the track and we
worked on the instrumental part until it’s almost entirely finished and the
vocals kind of fit in. It’s not like we have this methodology of making songs
which always applies. Every song is entirely different in the way it’s
constructed. That’s probably why every song has a different mood, because we
approach them differently. We were all working in different ways, in different
places all over the world. It’s an interesting way to make music. We’re getting
more and more accustomed to write individually and collaborate in the end but
not necessarily in person, but a lot through the Internet.
GBHM : What was the concept
behind the new album ? I have the feeling there are two sides of the same coin,
with very melancholic moments balanced by very positive ones ? So what ideas did
you explore ?
Seekae :
For us the writing was about trying to find a sense of those small moments of
beauty and even satisfaction in relation to living in a society, in a world in
which we’re impacted by new technologies. It’s the expression of the discomfort
as a result of that. And a way to try to find a balance between being an
obsolete entity as a human but still having this connection with these
instinctive urges and not feeling like a beast that is shackled by technology.
We’ve been trying to make a record that was a collection of experiences we all
had on that respect. The title of the album might sound negative, but it’s a focal
point of emotions that we’ve probably gone through in the past few years. 


GBHM : Can you tell me more
about the cover of the album, a portrait of the three of you as one person ? I
personally found it kind of creepy at first glance, but after a while, I
thought to myself: « well, art is relative« .
Seekae :
You found it creepy ? That’s good ! We’re not sure if the process is entirely
evident in the end product. And we think it’s good that it’s not entirely
obvious straight away what happened. It was actually a photograph of each of
the three of us modified as one person as you said and it was painted by someone.
GBHM : By whom ?
Seekae :
The painter was a Chinese artist called Hua Y. The all album is about modernity
and this interconnected world. I don’t know if it was intentional but this
photo-realistic artwork is amazing. If you see the original and the painting,
it’s amazing how close they are ! People put so much effort on the album cover.
The idea was to send it over to this guy that does this really earnest painting
of real-life moments from photographs. We just completely let it go and
whatever came back was gonna be the record cover, no matter what. We didn’t
even know how it’s gonna look like. So it took some convincing with our record
label because that’s essentially the opposite of marketing and control. But we
were really happy with the concept. When it came back it was upsetting and
that’s kind of what we wanted, in a good way. We expected it to be less
impressive. We thought it would be a more naïve, childish interpretation of the
image, something that would have been done really fast, but not a really good
painting.
GBHM : But it turned out to be
a good painting !
Seekae :
I mean, we’re not painting artists, but yeah, we find it really good. It
fulfilled its purpose. It’s been received with a large mix of opinions. The
reviews of the artwork were really different. Some people were saying:  « this is disgusting« , some others: « I really
like it for THAT reason« .
GBHM : Well, I wouldn’t say
disgusting, but…
Seekae :
Confronting or something ?
GBHM : Yeah, exactly. It
provokes in any way a reaction from the viewer.
Seekae :
We saw people on the Internet saying: « I’m not gonna listen to this album
because the fucking cover is so disturbing«  or « I don’t want to support this
because the cover is so tasteless«  and we were like: « What ? Seriously guys?«  [laughs].
GBHM : Speaking of disturbing, what
about the video clip for « Another«  directed by Ian Pons Jewell ? It’s kind of
eerie as well…
Seekae :
We just did this to make our record label angry, get people really upset [laughs].
If we just made something that was a literal interpretation of the song, really
commercially viable, that would work perfectly, that would be shinny and
amazing and our record label would have loved it, well, that would have been
too perfect for us. We try to make things a little bit more difficult for
whatever reasons. We had a few pictures that were subject to interpretation
from different directors and we went with the one that had the most abstract
interpretation. And it was the amazing Ian Pons Jewell who is from England but
lived in Bolivia at the time he was working on the video. He’s actually doing a
new video for us, for another track. Anyway, we didn’t speak about the concept
yet. Do you know about the story ?
GBHM : Not really, so please
explain !
Seekae :
It’s taken from a Bolivian urban legend. They would burry alive people
underneath new constructions in order to give the building a soul.
GBHM : Creepy…
Seekae :
Yeah, right ? The song itself is essentially about being only concerned about
your own interest, even in the pursuit of love. And at some point it becomes
clear that it doesn’t really matter who the other person is, I guess this is idealizing
the all concept of « being in love« . The attempt of the song was to try to make
this dark anti love song. The admission that love is cyclic. The video clip has
this eeriness to it, this mythology that could apply to relationships as well, like
a metaphor for love.


GBHM : Ok. You just got me
depressed. Let’s try a more cheerful topic. You mentioned a few times during
the interview as a joke that you did a few things in order to piss off you
label. How come you signed with Future Classic for this new record after
releasing the two first LPs on other labels (for instance Rice Is Nice) ? And how
did things really work out with the new label ?
Seekae :
[laughs] It’s a wonderful label ! We didn’t really want to piss them off, we
just tend to make our own decisions. We used to work by ourselves and did
everything our way before we signed with them, regardless of trends or what
would be marketable and so we tend to keep on following this idea. But they are
lovely, nice, clever people and they’re doing it for the love of the music. There’s
a reason why they’re so successful, you know, that’s because they’re good at what
they do and they’re confident in that.
GBHM : How did they approach
you ?
Seekae :
It’s probably a boring story… We could make up a story, though. Just joking,
it’s actually a cool story. We did a tour with Mount Kimbie and that was the
first time we really had contact with them. About two years later, we thought
that we maybe wanted to change labels and see what was happening in the world.
They were the nicest option. Friendly, local, it’s important to have a physical
connection to your label, to have them in Australia, because that’s where we’re
from.
GBHM : This label keeps on
bringing some great Australian acts worldwide into light, such as Flume, Jagwar
Ma or Chet Faker. Besides them, what Australian bands / artists can you
recommend ?

Seekae :
We just did a tour in Australia with a guy called
Jonti. He’s done a couple records
now with the Californian label
Stones Throw Records and
he’s a very talented but underrated producer. He really makes beautiful music
that is pop music essentially but there is more complexity in his music than
just bringing out a catchy song. He’s definitely someone we admire.
Jack Ladder & The Dreamlanders. Jack
Ladder is an Australian artist with a record coming out [November 7th in
Australia, Ed.], exceptionally talented and underrated as well. He’s one of the
best songwriters and producers in the country.

GBHM : What’s next for you guys
after the tour ?
Seekae :
We’re definitely going to relax but we wanna keep busy though. We really
believe in this record and we hope to come back to France to play there again.
You can expect us back sooner or later! You can’t make a record and come just
once, expecting it to take off, but you have to put that time and efforts for
it to find an audience, it doesn’t hit everyone straight away.

Pour nos lecteurs non anglophones, voici la version en VF ! 

GBHM : Salut les mecs ! Comment ça va et qu’est-ce que
ça fait d’être de retour en Europe pour votre tournée après la sortie du nouvel
album ?
Seekae : On est super excité de faire quelques concerts
ici ! On a déjà joué une fois en France il y a quelques années et c’est
vraiment cool d’être de retour. C’est toujours chouette de jouer devant de
nouveaux gens dans des petites salles, même si on n’a pas l’habitude chez nous.
GBHM : Est-ce que vous pouvez me dire quelques mots sur
le live que vous avez préparé? Quelque chose de spécial pour ce soir ?
Seekae : C’est toujours special ! On
essaie de rendre chaque show plus spécial que le précédent.
Ça fait sept ans qu’on
tourne, donc oui maintenant, c’est vraiment spécial [rires]. Il y aura des
interprétations différentes des titres des albums en termes d’arrangements. On
va jouer des versions plus up-tempo / up-beat des chansons. Ça va être une
combinaison de certains vieux trucs et évidement des nouveaux titres parce
qu’on est vraiment excité à l’idée de les faire écouter au public. On a sorti
trois albums et on va jouer des titres de chacun d’entre eux ce soir, même si
le set sera plus axé sur le nouveau.
GBHM : La grosse surprise sur ce nouvel album est
évidemment l’ajout du chant d’Alex sur chaque titre. Pourquoi avez-vous décidé
de vous détacher d’une musique purement instrumentale ?
Seekae : ça s’est fait naturellement. En tant qu’artiste,
il faut faire évoluer ses sonorités et réaliser quelque chose qui t’excite.
Ajouter le chant est la différence la plus évident mais il y en a d’autres. Les
méthodes d’écriture ont également changé un peu. Géographiquement parlant, John
a déménagé à Londres, donc une moitié de l’album en gros a été écrite à
Londres. Mais c’est juste quelque chose qu’on a tenté et qui au final a
fonctionné. Tu peux regarder en arrière et penser « wow, c’est assez différent« ,
mais ce n’était pas un changement « forcé« . Ça n’était pas trop prémédité et ça
s’est passé naturellement.
GBHM : Comment avez-vous procédé pour composer les
parties instrumentales et écrire les paroles ?
Qui fait quoi
exactement ?
Seekae : On a tous fait un peu de tout. C’était une
démarche assez communautaire. En règle générale, une idée ou une mélodie vient
de l’un d’entre nous et cette personne bosse dessus jusqu’à ce qu’il ajoute
quelqu’un d’autre dans la boucle qui apporte ses propres idées.
C’est
assez varié.
Les
paroles n’ont pas toujours nécessairement précédé les chansons et dicté leur
construction. Souvent nous avions une certaine ambiance pour un track et on a
bossé sur la partie instrumentale jusqu’à ce qu’elle soit Presque terminée et
on a adapté les paroles. C’est pas comme si on avait une méthodologie qu’on
appliquait à chaque fois. Chaque titre est différent dans sa façon d’être
construit. C’est probablement pour ça que chaque chanson a une ambiance différente,
parce que les a abordées différemment. On a tous bossé de manière différente, à
des endroits différents du globe.
C’est une façon
intéressante de faire de la musique.
On s’habitue de plus en plus à écrire
individuellement et à collaborer à la fin mais pas nécessairement en personne,
mais beaucoup par Internet.
GBHM : Quel est le concept derrière le nouvel album ?
J’ai l’impression qu’il s’agit des deux faces de la même pièce, avec des
moments très mélancoliques  atténués par
d’autres très enjoués. Quelles idées avez-vous explorées ?
Seekae : En termes d’écriture, il s’agissait pour nous
d’essayer de trouver un sens à ces petits moments de beauté et même de
satisfaction en relation avec le fait de vivre dans une société, un monde dans
lesquels nous sommes impactés par les nouvelles technologies.
C’est
l’expression de la gêne qui en découle.
Et un moyen d’essayer de trouver un équilibre entre
être une entité obsolète en tant qu’humain mais avoir toujours cette connexion
avec ces envies instinctives et de ne pas se sentir comme une bête enchaînée à
la technologie. On a essayé de faire un disque que soit une collection
d’expériences qu’on a tous eu à cet égard. Le titre de l’album peut paraître
négatif, mais c’est un point de convergence des émotions par lesquelles nous
sommes passés au cours des dernières années.
GBHM : Pouvez-vous m’en dire plus sur la pochette de
l’album, un portrait de vous trois en un ? Perso je l’ai trouvée flippante au
premier abord, puis après un moment, je me suis dit que l’art était relatif.  
Seekae : Tu l’as trouvée flippante ? C’est
cool !
Nous
ne sommes pas sûrs que le processus apparaisse complètement évident sur le
produit final. Et nous pensons que c’est bien que ce qui s’est passé
n’apparaisse pas immédiatement. En fait c’est un photographe qui a pris des
photos de nous trois, les a modifié pour en faire une et le tout a été peint
par quelqu’un.  
GBHM : Par qui ?
Seekae : Le peintre est un artiste chinois prénommé Hua
Y. Tout l’album parle de modernité et de ce monde interconnecté. Je ne sais pas
si c’était intentionnel mais cet artwork photo-réaliste est incroyable. Si tu
regardes l’originale et la peinture, c’est hallucinant de voir à quel point ils
sont proches !
Les gens investissent tellement dans la pochette
d’un album.
L’idée
a été d’envoyer la photo à ce type qui réalise des tableaux très réalistes de
moments de vie d’après des photographies. On a juste complètement lâché prise
et on a décidé que ce qui devait revenir serait la pochette, quel que soit le
résultat.  On ne savait même pas à quoi
ça allait ressembler. Donc il a fallu convaincre notre label parce que c’est
assez à l’opposé du marketing et de toute notion de contrôle.
Mais
on était content du concept.
Quand on l’a reçu, c’était dérangeant et c’est en gros ce qu’on
voulait, dans le bon sens du terme.  On
s’attendait à ce que ce soit moins impressionnant. On pensait qu’il s’agirait
d’une interprétation plus naïve, plus enfantine de l’image, quelque chose fait
en vitesse mais pas un bon tableau.
GBHM : Et il s’avère que s’en est un !
Seekae : Je veux dire, on n’est pas peintres, mais ouais,
on le trouve très bon! Il remplit son but. On a reçu beaucoup d’opinion très
variées.
Les critiques de l’artwork étaient très différentes.
Certains
nous disait: « c’est dégoûtant« , d’autres: « Je l’avoir justement pour CETTE
raison« .  
GBHM : Je ne dirais pas dégoûtant mais…
Seekae : Qui impose une confrontation ou un truc dans le
genre ?
GBHM : Ouais, c’est ça.  Ça provoque en tout cas une réaction des gens
qui le voient.
Seekae : On a vu des gens sur Internet dire: « Je ne vais
pas écouter cet album parce que la putain de pochette me dérange«  ou « Je ne
vais pas soutenir ça parce que la pochette est de mauvais gout« .
Et
on s’est dit : « Quoi ? Nan mais sérieux les gars«  [rires].
GBHM : En parlant de choses dérangeantes, qu’en est-il
de la video d’ « Another«  réalisée par Ian Pons Jewell ? Elle
est un peu angoissante aussi…
Seekae : On a juste fait ça pour mettre notre label en
colère, pour que les gens soit énervés [rires]. Si nous avions réalisé une
interprétation littérale de la chanson, commercialement viable, qui marcherait
parfaitement, qui serait étincelante et merveilleuse et que notre label l’avait
adorée, ça aurait été trop parfait. On essaie de rendre les choses un peu plus
compliquées pour quelques raisons que ce soit. On avait quelques images
sujettes à interprétation de la part de différents réalisateurs et on a pris
celui qui avait l’interprétation la plus abstraite. Il s’agit de l’incroyable
anglais Ian Pons Jewell qui qui vivait en Bolivie au moment où il travaillait
sur la vidéo. D’ailleurs il réalise une nouvelle vidéo pour nous pour un autre
titre. Mais bref, on n’a pas encore parlé du concept. Tu connais l’histoire.
GBHM : Pas vraiment, expliquez-moi !
Seekae : C’est issu d’une légende urbaine bolivienne
selon laquelle ils enterraient des gens vivants sous les nouvelles
constructions pour donner une âme au bâtiment.
GBHM : Sinistre…
Seekae : Carrément. La chanson elle-même
parle essentiellement du fait de ne se sentir concerné que par son proper
intérêt, même dans la recherché de l’amour. Et à un moment, il semble clair
qu’il n’est pas vraiment important de savoir qui est l’autre personne, je pense
que c’est l’idéalisation du concept d’ « être amoureux« . On a
tenté de faire une anti chanson d’amour un peu sombre.
Finir
par reconnaître que l’amour est cyclique. La vidéo est angoissante mais cette
mythologie peut également s’appliquer aux relations amoureuses, comme une métaphore
de l’amour.
GBHM : Ok. Vous m’avez carrément déprimée là. Essayons un
sujet plus joyeux. Vous avez mentionné à plusieurs reprises pendant l’interview
en blaguant que vous aviez fait quelques trucs pour énerver votre label.
Comment en êtes-vous venu à signer avec Future Classic pour ce nouvel album
après avoir sorti les deux premiers  sur
d’autres labels (Rice Is Nice entre autres)? Et comment les choses se
sont-elles réellement passées avec eux ?
Seekae : [rires] C’est un label merveilleux ! On n’a
jamais vraiment voulu les énerver, on a juste tendance à prendre nos propres
décisions. On a l’habitude de travailler par nous-même et on faisait tout à
notre manière avant de signer avec eux, sans se préoccuper des modes ou de ce
qui serait   commercialisable et du coup
on a tendance à continuer à suivre cette idée. Mais ce sont des gens adorables,
charmants, intelligents et ils font ça pour l’amour de la musique. C’est la
raison pour laquelle ils ont autant de succès, tu vois, c’est parce qu’ils sont
bons et qu’ils ont confiance en leurs capacités.
GBHM : Comment vous ont-ils approchés ?
Seekae : C’est une histoire sûrement chiante… En même
temps, on peut en inventer une. Je plaisante, l’histoire est cool en fait. On
est partis en tournée avec Mount Kimbie et c’était la première fois qu’on a
vraiment été en contact avec eux. Environ deux ans plus tard, on s’est dit
qu’on aimerait changer de label et voir ce qui se passait dans le monde.
Ils
étaient l’option la plus sympa.
Aimables, locaux… C’est important d’avoir une
connexion physique avec ton label, de les avoir en Australie parce que c’est là
d’où nous venons.
GBHM : Ce label fait connaître au reste du monde
d’excellents artistes australiens tels que Flume,  Flume, Jagwar Ma ou Chet Faker. Mais à part
eux, quels artistes / groupes pouvez-vous recommander ?

Seekae : On vient de finir une
tournée en Australie avec un mec qui s’appelle
Jonti. Il a sorti quelques album sur le label californien Stones Throw Records et
c’est un producteur talentueux mais sous-estimé. Il produit une musique
magnifique, pour l’essentiel de la pop, mais qui est plus complexe que juste
des chansons entraînantes.
C’est vraiment quelqu’un
qu’on admire.
Jack Ladder & The Dreamlanders. Jack Ladder est un artiste
australien qui sort un album ces jours-ci [le 7 novembre en Australie, NDLR], exceptionnellement
talentueux mais également sous-estimé. C’est l’un des meilleurs songwriters et
producteurs du pays.

GBHM : C’est quoi la suite après la tournée ?

Seekae : On va vraiment se
détendre mais on veut rester actifs malgré tout. On croit vraiment en ce disque
et on espère revenir en France pour rejouer ici. Vous pouvez vous attendre à ce
qu’on revienne tôt ou tard ! Tu ne peux pas faire un album et venir une seule
fois, en espérant qu’il va décoller, mais tu dois y consacrer du temps et des
efforts pour qu’il trouve son public, il n’atteint pas tout le monde
directement. 

PROPOS RECUEILLIS, RETRANSCRITS ET TRADUITS PAR MAUD
PHOTO DE COUV PAR ANTOINE DUCHAMP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.