Accueil » Palace : la vie d’eux (Interview VO/VF)

Palace : la vie d’eux (Interview VO/VF)


Ça fait un petit moment déjà que chez
GBH Music, on ne tarit pas d’éloges sur les quatre londoniens de Palace, dont le blues space rock (selon leurs propres
dires) nous avait conquis dès la sortie de « Veins », premier extrait
de leur debut EP auto-produit « Lost
in the night » et sorti le 20 octobre dernier chez Beatnik Creative.
 


  
Beau, sombre, onirique et épique à la fois,
ce cinq titres convoque le spectre de Buckley (fils), plaquant des
réminiscences des Foals des débuts mais aussi
des Kings Of Leon
avant qu’ils ne deviennent inaudibles et rendant un hommage appuyé (sur
le titre « Bitter » en particulier) à feu Wu Lyf.
 


Leo Wyndham (guitare et chant), Matt Hodges (batterie),
Rupert Turner (guitare) et Will Dory (basse) squattent les ondes anglaises depuis
plusieurs mois, ont déjà assuré
les premières parties de James Iha des Smashing Pumpkins ainsi que de Jamie T
(lors de son retour triomphant sur scène après des années d’absence), reçoivent
des critiques
dithyrambiques de l’ensemble de la presse musicale prescriptrice de tendances au Royaume-Uni et le nombre de leurs
fans augmente chaque jour à une allure exponentielle.
 
Ils annoncent une
nouvelle sortie début 2015, un nouveau passage à Paris le 13 février prochain (en 1ère partie de Jamie T évidemment !), avant
de jouer en tête d’affiche à la Shoreditch’s Red Gallery le 9 avril 2015. 

D’ailleurs,
si jamais vous avez prévu un trip londonien à cette période, les tickets sont
d’ores et déjà en vente ici.
 



S’ils ne cachent pas leurs
ambitions, la sincère sympathie qu’ils inspirent et le flegme tout briton de ces
quatre nouveaux garçons dans le vent semble les prévenir d’un melon propre à
nombre de shooting stars issues de la
grande famille de la pop britannique.
 


A l’occasion de leur tout premier concert
parisien au Pop-Up du Label (impeccable au demeurant, agrémenté d’une charmante
reprise de la pourtant sur-entendue « Wicked Game »), nous avons passé
sur le grill Leo Wyndhan, le lead singer
de ces futurs grands du rock alternatif anglais. 

A l’instar du reste du groupe (manager
compris), celui-ci s’est montré visiblement emballé de se produire dans la capitale
française.
 


GBHM : Tonight you’ll be playing your first gig outside of
England, namely – lucky us – in Paris. So what is your state of mind a couple
hours before the show begins ?


Leo Wyndham : A
combination of things really, slightly nervous, but also incredibly excited. There’s
a bit of pacing around, getting in the zone, that kind of thing.


GBHM : Your second
gig ever was supporting James Iha of Smashing Pumpkins and on August 7th
this year, you supported Jamie T at his sold-out show at The Dome in Tuffnell
Park, which is kind of impressive. How come ? And most importantly, how was it ?


LW : We just
got a call one day asking us to support Jamie in Tuffnell Park, literally have
no idea how it happened. We like to think that he hand-picked us, but I
really don’t think that’s true sadly! It was pretty fucking amazing as a show,
there was an amazing energy in the air created by these people who hadn’t seen
or heard from Jamie T in years and suddenly here he was. It was a real privilege
to support him for his first London date in five years, and the crowd seemed to
dig our sound which was awesome.


GBHM : Your band’s
name reminds me of Will Oldham – aka Bonnie « Prince » Billy – who first
performed under this very same name. Is this a reference to him ?

LW : To be
honest it has nothing to do with him at all. We just really liked it as a word,
feels very strong and simple. We were given the name by Leo’s brother Wilby who
originally said it as a joke! Some of the other names were horrendous. It
somehow really fits the vibe and sound of the band we feel.


GBHM : You met your bandmates at school and describe
yourselves as close friends. But when, how and why did you form the band
exactly ?


LW : We all
share a massive love of music and I think that really brought us together. We’d
all played in other bands before and thought it was about time we formed one
together. And it somehow just clicked really nicely. Our first jam must have
been nearly two years ago and we tried it as a three piece! That really didn’t
work, so then we got a new member in and the formation has been super solid
ever since. We can’t really imagine any other line up now.


GBHM : The artwork for the cover of « Lost in the night » is
awesome. Who painted it and who is the guy on the painting ?


LW : The
artwork is by our pal Wilm Danby, who’s an incredible artist. It’s a self-portrait.
It was just so obvious that we should use his stuff and it’s so original and
really felt like it would complement the bands feeling. Were so lucky to be
friends with an artist as talented as him and have access to his beautiful
work. His artwork we hope will always be integral to the aesthetic of the band.






GBHM : You’ve been
compared to early Kings of Leon or even The Black Keys, probably because of the « blues vibe » in your sound, but I have to say, I don’t really agree with the
latest reference. For instance on « Bitter », your sound reminds me more of Wu
Lyf. What are your actual influences ?
 


LW : Ha that’s
awesome you said that ! We love Wu Lyf. We’re pretty obsessed with their only
album. It’s insanely powerful. When we started out, we definitely wanted to
replicate something they were doing. Not necessarily steal the sound or
anything, but just try and implement that feeling and passion in the music. It
was definitely an aim to get some of their epicness.
We feel we’re
a lot more Wu Lyf sounding than bluesy people, although there’s definitely an
element of blues in there. It’s nice to sprinkle a slightly vintage blues feel
on a modern sound we’ve found, gives us something quite unique. And that has
become important to our sound too.
 





GBHM : And what are you currently
listening to ?


LW : Ah
lots. Wu Lyf of course, John Martyn, Lee Moses, D.D Dumbo, Mac DeMarco – we’ve
seen him live yesterday and randomly met him today at a petrol station on our
way to Paris ! Crazy thing -, Allah-Las, King Krule, Vulfpeck, King Crimson,
Alex Calder and Temple Songs.





GBHM : When you’re not recording or
playing gigs with Palace, what do you do in your free time ?


LW : It’s all
about the music really so most of our free time is spent writing away and
coming up with new stuff ! It’s what we love ! Were also quite into making little
films, that’s pretty fun.


GBHM : So you’re from London. What’s
your favorite place there to hang out ?


LW : At our
friend’s studio in Tottenham called The Arch. It’s where we rehearse, write and
party. It’s amazing to have access to this space where several other incredible
bands also work and live. Our friends found this old space that was like an old
crack den, then they rebuilt it and turned into this amazing working studio,
and we joined them and that’s where we make Palace happen. Reignwolf did a
private gig there the other day, it was ridiculously amazing. He did a solo
while on his bassists shoulders…


GBHM : You got great reviews from
famous music magazines
such as NME, British radios are playing
your songs and you’ve played sold-out London shows. It seems that your time has
come. So what’s next ? Taking over the world ?


LW : Haaaa ! We
hope so ! Just basically we want to get better and better and grow as a band so
that our tunes just keep becoming more and more advanced and special. As long
as we can keep producing great music then were gonna be happy. We can’t quite
believe that were in this position really, super lucky. It’s definitely a
dream to play around the world and actually Paris has always been at the top of
our list of places to play outside of England. I don’t know why but there seems
to be something very cool about playing in Paris ! Doing what you love and
getting to travel is a great situation to be in, we feel super blessed.




Pour nos lecteurs non anglophones, voici la version en VF !




GBHM : Ce soir vous faites votre premier concert hors de
l’Angleterre, à savoir à Paris (chance!). Quel est votre état d’esprit quelques
heures avant le début du show ?


Leo Wyndham : Une combinaison de différentes choses en réalité, on
est légèrement nerveux mais aussi incroyablement excités. On fait les cent pas,
on se met en condition, ce genre de trucs. 
 


GBHM : Pour votre deuxième concert, vous avez assuré la
première partie de
James Iha des Smashing Pumpkins et
le 7 août de cette année, celle de Jamie T à son concert sold-out au Dome de Tuffnell Park, ce qui est plutôt
impressionnant.
Comment
c’est arrivé ? Et surtout, comment c’était ?


LW : On a juste reçu un coup de fil nous demandant de faire la première
partie de Jamie à Tuffnell Park. Je n’ai pas la moindre idée de comment c’est
arrivé. On aime à penser qu’il nous a choisi lui-même mais hélas je ne pense
pas que ça soit vrai ! C’était un putain de concert, il y avait une
énergie dingue dans l’atmosphère créée par ces gens qui n’avaient pas vu ou
entendu Jamie T depuis des années et d’un seul coup, il était là. Ce fut un
réel  privilège de jouer avant lui pour son premier concert londonien
depuis cinq ans et le public a eu l’air de kiffer notre son, ce qui est génial.
 


GBHM : Le nom de votre groupe me rappelle Will
Oldham – aka Bonnie « Prince » Billy – qui a commencé sa carrière sous ce même
nom. C’est une référence ?
 


LW : Pour être honnête, ça n’a rien du tout à voir avec lui. On aime juste
beaucoup ce mot, fort et simple. C’est mon frère Wilby qui a sorti ça au départ
sous forme de blague ! Certains des autres noms
étaient affreux.
Quelque part
ça correspond à l’atmosphère et au son du groupe tels que nous les ressentons. 
 


GBHM : Tu as rencontré les autres membres du groupe à l’école
et vous vous décrivez comme les meilleurs potes de la Terre.
Mais quand et comment
avez-vous monté le groupe ?


LW : On partage tous un immense amour de la musique et je pense que c’est ce
qui nous a vraiment réunis. On a tous joué dans d’autres groupes avant et on
s’est dit qu’il serait temps d’en former un ensemble. Et d’une certaine
manière, ça a juste hyper bien fonctionné. Notre première répète doit remonter
à bien deux ans maintenant et on a essayé en trio! Mais ça ne marchait pas
vraiment, donc on a ajouté un nouveau membre et la formation est super solide
depuis. On ne peut plus vraiment imaginer un autre line up à présent.
 


GBHM : L’artwork de la pochette de « Lost in the night » est
génial. Qu’il l’a peint et qui est le mec sur le tableau ?


LW : C’est notre pote Wilm Danby qui l’a peint. Un artiste
incroyable. Il s’agit d’un auto-portrait. C’était tellement évident pour nous
d’utiliser ses 
œuvres.
Elles sont
vraiment originales et capturent parfaitement l’esprit du groupe. On a
tellement de chance d’être amis avec un artiste aussi talentueux que lui et
d’avoir accès à son magnifique travail. On espère qu’il fera toujours partie
intégrante de l’esthétique du groupe.



GBHM : Vous avez été comparés aux Kings of Leon des débuts voire même aux Black Keys, sûrement à cause de la
vibe « blues » de votre son, mais je dois dire que je ne suis pas d’accord à
100%.
Par exemple,
sur « Bitter », votre son me fait plutôt penser à Wu Lyf. Quelles sont vos
véritables influences ?


LW : Ah, c’est génial que tu dises ça ! On adore Wu Lyf. On est pas mal
obsédés par leur unique album. Il est incroyablement puissant. Quand on a
débuté, on voulait définitivement reproduire quelque chose qu’ils faisaient. Pas
nécessairement piquer leur son ou quoi, mais juste essayer d’implémenter ce
sentiment et cette passion dans la musique. On aspirait à atteindre un peu de
leur héroïsme. On trouve qu’on sonne beaucoup plus comme Wu Lyf que comme des
groups bluesy, bien qu’il y ait évidemment un élément de blues dans notre son. C’est
cool de saupoudrer une légère touche de blues vintage sur le son moderne que
nous avons trouvé, ça donne quelque chose d’assez unique. Et c’est
devenu important pour notre son.


GBHM : Et qu’est-ce que vous écoutez en ce moment ?

LW : Ah beaucoup de choses. Wu Lyf bien sûr, John Martyn, Lee Moses, D.D
Dumbo, Mac DeMarco – on l’a vu en concert hier et on l’a croisé complètement
par hazard aujourd’hui à une station service en roulant vers Paris ! Truc de
fou. Sinon les Allah-Las, King Krule, Vulfpeck, King Crimson, Alex Calder et
Temple Songs.
 


GBHM : Quand vous n’enregistrez pas ou que vous ne jouez pas avec Palace,
qu’est-ce que vous faites de votre temps libre ?


LW : Tout tourne autour de la musique en vérité donc on passe la plupart de
notre temps libre à composer et à inventer de nouveaux trucs ! C’est ce
qu’on aime faire ! On réalise aussi de petits films, c’est assez marrant.


GBHM : Vous venez donc de Londres. Où est-ce que vous aimez traîner en
général ?


LW : Au studio de nos potes à Tottenham qui s’appelle The Arch. C’est là
qu’on répète, qu’on écrit et qu’on fait la fête. C’est incroyable d’avoir accès
à cet endroit où plein d’autres groupes incroyables travaillent et vivent
également. Nos potes ont trouvé ce vieil espace qui ressemblait à un squat,
l’ont réhabilité et l’ont transformé en un studio 
génial. On les a rejoint et
c’est là qu’on a commencé Palace. 
Reignwolf y a fait un concert
privé l’autre jour, c’est absolument fantastique.
Il a fait un solo assis sur les
épaules de son bassiste… 



GBHM : Vous avez des critiques dithyrambiques de magazines musicaux connus type
NME, les radios anglaises jouent vos titres et vous jouez à guichets fermés à
Londres.
On dirait
que votre heure a sonné. C’est quoi la suite ? Conquérir le monde ?


LW : Haaaa ! On
espère !
En fait on
veut juste s’améliorer et grandir en tant que groupe, pour que nos chansons
deviennent de plus en plus perfectionnées et spéciales. Tant qu’on peut
produire de la bonne musique, on sera heureux. On a du mal à croire à notre
chance, vraiment. C’est en effet un de nos rêves de jouer dans le monde entier et Paris a toujours été parmi les premiers endroits où on voulait jouer hors
d’Angleterre. Je ne sais pas pourquoi mais il semble y avoir un truc hyper cool
dans le fait de jouer à Paris ! Faire ce que tu aimes et voyager en prime, c’est
génial.
On se sent super chanceux. 


PROPOS RECUEILLIS ET TRADUITS PAR MAUD
PHOTO DE COUVERTURE PAR HOLLIE FERNANDO