Accueil » Earth : Paroles du désert (Interview VO/VF)

Earth : Paroles du désert (Interview VO/VF)


Après deux ans d’absence, les
cultissimes Earth sortiront le 2 septembre sur Southern Lord leur dixième
effort, intitulé « Primitive & Deadly ».
« From
The Zodiacal Light
« ,
premier extrait du successeur du diptyque conceptuel « Angels Of
Darkness/Demons Of Light »
annonce un changement de climat musical, avec une
orientation plus mélodique qu’à l’accoutumée.

Car pour les non-initiés, Earth c’est
cet incroyable groupe drone / doom / expérimental
emmené par le charismatique guitariste Dylan Carlson, seul rescapé
de la formation d’origine implantée à Seattle dès 1990. C’est d’ailleurs à peu
près cette époque qu’il a fait chanter un certain Kurt Cobain sur le titre « Divine and Bright« , ajouté quelques
années plus tard à l’album « Summ Amps and
Smashed Guitars
« .
Lâché par Sub Pop après « Pentastar: In the Style of Demons » en
1996 (le fait d’être une référence underground ne devait apparemment pas
suffire à Warner qui avait dès 1995 pris des billes dans le célèbre label
indie), Earth a alors disparu de la surface de la Terre (…), avant de renaître en
sortant le magnifique « Hex: Or Printing in
the Infernal Method »
(réédité cette année) en 2005, coïncidant avec
l’arrivée d’Adrienne Davies à la batterie.
GBHmusic a rencontré cette dernière
avant leur unique date française (complète) au Point Ephémère pour parler bien
sûr du nouvel album, du désert mais aussi du machisme ordinaire dans le monde
merveilleux de la musique. Magistrale sur scène, comme elle l’a encore démontré
le 9 août dernier devant un public surchauffé, Adrienne est surtout l’une des
personnes les plus adorables que nous ayons été amenés à interviewer.

GBHM : Hi Adrienne! Welcome back to Paris! How does
it feel to be back on tour in Europe after two years?
AD : Well, it was full two years! And now with the new show we’ve been
really hitting the road since June in Japan, Australia, New Zealand… Once you
get in the swing of it, as long as you don’t fight it, you just got to give it
to the monster, just let it take you over. It’s always a bit rough for a few
days, but then you kind of feel like you never known any other way of living.
So I’m riding the wave, it’s all good. Even if I miss home sometimes, it’s really
great to be back!
GBHM : There’s always been a constant evolution in Earth’s
sound across the years. « From The Zodiacal
Light »
, the first track from « Primitive
& Deadly »
seems to announce a more melodic orientation, and above all… Vocals!
Can you tell me more about that new direction and the working process with Rabia
Shaheen Qazi & Mark Lanegan?
AD : When we first wrote the music for this new album, we were not
thinking about vocals. It’s only as we got closer and closer to the actual
recording that we thought, it’s a crazy idea but it could work. But there is a
very short list of singers in my mind that I can even imagine not just pulling
it off but making it great. Mark was at the very highest top of that very short
list. So was Rabia. We’ve known Mark for a long time and we wanted to record
with him forever, but it never happened before due to our schedules. But
suddenly we managed to get free at the same time and it turned out great. It’s
just kind of thrilling hearing Mark with what we do. It’s such a perfect mix.
We’re going to try to actually get him for some lives up here in Europe. It may
happen, well I hope so.
GBHM : Wow! That would make one lucky audience! Too
bad you couldn’t do that in Paris.
AD : Well, you always can come and see us somewhere else!
GBHM : I’ll think about it! But back to the new
record. While « Angels » has an
improvisational component, « Primitive
& Deadly »
seems to be more structured.
AD : Yeah, absolutely. We were listening to a lot of earlier stuff, you
know that « really in your face just emotional, aggressive, controlled chaos »
and we do like that very much! But this time we just wanted something
different. We wanted to take it from an almost pop songwriting sensibility,
allowing a vocalist to really shine, building a structure. The choral
arrangements are much more directly pop rock based, not so jazzy as usual. We
wanted to stick to a trio bass / guitar / drum but we added two other
guitarists and then three guitarists. So it’s a very guitar centered album,
packed with vocals.
GBHM : Earth is based in Seattle almost since its
creation. Why did you choose to record the new album at the studio Rancho de la Luna in California?
AD : It’s David Catching’s place out in the desert. The man is a
ridiculous good chef and cooked for us great meals three times a day.
It’s an incredible place in the middle of the desert with an amazing almost
magical atmosphere. We did a lot of meditation there. It was about finding an
area that captures this moment, when you really can feel like you are part of
the landscape. We were lucky to spend two weeks there, which was plenty of time
for the recording. We slept there, ate there. And the album kind of reflects
that.
GBHM : So you obviously got really inspired by the
place?
AD : Yeah, very much. It was just great. I never spent time in the desert
before. So I was repeating every single day: « It’s the desert guys! » (laughs).
It was so cool. After the day of recording, we used to go for walks through the
Joshua Tree National Park, with endless landscapes and you could look to any
direction, it was just incredibly beautiful. It was a fascinating experience.
GBHM : You joined Earth over a decade ago and this
is your fifth studio album with the band. Was your work as a drummer and percussionist
different from other albums? If so, to what extend?
AD : I’ve been trying to really pay attention to song structures, having
the drums be like an emotional force, which is something that I usually don’t.
I usually let it rock. A cello or a guitar for instance can be really emotive,
it comes naturally. They’re able to pull emotions from an audience. But drums
not so much! (laughs) I’ve always looked at the drums that way: what can I do
to serve the songs? Less is more. It has always been for me. And especially on
this new album, I went for a more aggressive drums’ sound. It was about giving
the songs a real tangible bite. That’s something I haven’t really done before.
I mean I’ve done doom metal but I never had this clarity and heaviness.
GBHM : Earth’s music is slow, quite in opposition
with the world of immediacy
we live in, where we’re over-connected and everything has to be done instantly.
Is it something that Earth is trying to fight against through its music?
AD : I always feel that the modern world in general and the immediacy of everything
that requires our attention eat our soul. We’re not musically trying to make it
this way on purpose, but personally I like stuff that calms me, I don’t want my
brain to be stressed out even more than it is. I want to think clearly. I want
to breathe. Like in big cities there are parks where people can go to have a
break. I think we’re trying to do something like that. Our music is something
you can come to and it will give you that same deep breath of fresh air.
GBHM : I’m looking forward to experiencing that
tonight. Coming back to the world we live in: I got the feeling that there are
always more women involved in making music, and rock music especially but I’m
really pissed when I’m attending a gig and hearing comments like: « The bass
player is so cute! » instead of « The bass player is so talented! ». Have you ever
been confronted to this?
AD : I know what you mean: « Oh, she’s not that bad for a girl bass player ».
I fought with a lot of that, especially when I first was joining this band. At
the time, we were two pieces and there was not a lot to distract from the fact
that there was a female playing drum in a metal (!) band. I noticed a lot of
that, people not realizing how normal it is for a female playing an instrument
such as guitar, bass or even drums. I mean, bands should be focused on being
good. And if the drummer happens to be a female, so what’s the big deal? I
think it’s also up to the girls to show that they are as good as guys. Because they
can. You know, we had for one full tour an all-female line up. It was just priceless
to see the people’s face in front of us, amazed.
GBHM : I can imagine! Speaking of live, what is your
favorite Earth song to perform live and why?
AD : I’m gonna go with… (thinking). I’m gonna go with (thinking longer)… I’m
between two, hold on (laughs).
« Torn By The Fox Of The Crescent Moon ». That one. I’m gonna go with that one. It brings a lot of simple stuff
with it. It’s got heavy party, it’s got quiet parts. I can be really creative
and make it different from night to night. That song always hits me emotionally.
It’s really complete. And when it’s time for it on the set list, I get really
excited! 
A la demande générale, l’interview en VF !
GBHM : Salut Adrienne! Bienvenue à Paris ! Alors ça fait quoi d’être de retour en
Europe après deux ans?
AD : Disons que ces deux années
ont été bien remplies ! Et là nous parcourons les routes avec le nouveau
show depuis juin au Japon, en Australie, en Nouvelle-Zélande… Une fois que tu
entres dans la danse, il faut juste te donner corps et âme. C’est toujours un
peu dur les premiers jours, mais ensuite tu commences à avoir l’impression de
n’avoir jamais rien connu d’autre. Du coup je surfe sur la vague et tout va
bien ! Même si parfois la maison me manque, c’est vraiment génial d’être
de retour !
GBHM : Il y a toujours eu une évolution constante dans le son de Earth au fil des ans.
« From The Zodiacal Light« , le premier
titre de « Primitive & Deadly »
semble néanmoins annoncer une orientation plus mélodique et surtout du…
chant ! Peux-tu m’en dire plus sur cette nouvelle direction et le
processus de travail avec Rabia Shaheen Qazi et Mark Lanegan?
AD : Lorsque nous avons commencé à écrire
la musique pour ce nouvel album, nous ne pensions pas du tout au chant. C’est
seulement au fur et à mesure qu’approchait l’enregistrement que nous nous
sommes dit que c’était une idée dingue mais que ça pourrait marcher. Mais il
n’y avait qu’une très petite liste de gens dont je pouvais imaginer non pas
qu’ils réussissent mais qu’ils rendent ça génial. Mark était au sommet de cette
petite liste. Idem pour Rabia. Nous connaissons Mark depuis très longtemps
et nous avons toujours voulu enregistrer avec lui, mais ça ne s’était jamais
produit avant en raison de nos emplois du temps. Mais d’un seul coup, on a
réussi à se libérer à la même période et le résultat fut génial. C’est assez
excitant d’entendre Mark sur nos compos. Le mélange est tellement parfait. Nous
allons essayer de l’avoir avec nous pour certains concerts en Europe. Ça se pourrait. En
j’espère.
GBHM : Wow ! Ca va faire des heureux! Dommage que vous n’ayez pas pu faire ça à
Paris.
AD: Bah tu peux toujours venir nous
voir ailleurs!
GBHM : Je vais y réfléchir! Mais revenons au nouvel album. Alors que « Angels » laisse la part belle à
l’improvisation, « Primitive & Deadly »
semble plus structuré.
AD: Oui, tout à fait. Nous écoutions
beaucoup d’anciens titres, tu sais ce « chaos contrôlé, agressif, rempli
d’émotions que tu te prends en pleine face » et on adore ça ! Mais
cette fois, nous avons presque recherché une sensibilité de pop song,
permettant à un chanteur de réellement briller, en construisant une structure.
Les arrangements des chœurs sont plus directement basés sur le pop rock, avec
un son moins jazzy qu’à l’accoutumé. Nous voulions rester sur un trio basse /
guitare / batterie mais finalement nous avons ajoutez deux autres guitares,
puis trois. C’est vraiment un album centré sur la guitare et enrobé de chants.



GBHM :
Earth est basé à Seattle presque depuis sa création. Pourquoi avez-vous choisi
d’enregistrer le nouvel album au studio Rancho
de la Luna
en Californie?



AD: C’est la maison de David Catching
dans le désert, lequel est un incroyable cuisinier qui nous préparait des
festins matin midi et soir.



Cet endroit incroyable au milieu du
désert possède une atmosphère étonnante, presque magique. Nous avons fait pas
mal de méditation là-bas. Il s’agissait de trouver un endroit  capable de capturer ce moment où tu peux
vraiment sentir que tu ne fais qu’un avec le paysage. Nous avons eu la chance
d’y passer deux semaines, ce qui était parfait pour l’enregistrement. Nous
dormions là-bas, nous mangions là-bas. Et l’album reflète cela.



GBHM :
Donc apparemment vous avez vraiment été inspirés par l’endroit?
AD: Oui, beaucoup. C’était juste génial. Je n’avais jamais passé du temps
dans le désert avant. Donc chaque jour je répétais : « On est dans le
désert les mecs ! » (rires). C’était
tellement cool.
Après
la journée d’enregistrement, on partait se balader dans le Parc National de
Joshua Tree avec des paysages infinis. Et tu pouvais regarder dans toutes les
directions, c’était juste incroyablement beau.  C’était une
expérience fascinante.
GBHM :
Tu as rejoint Earth il y a maintenant plus de dix ans et c’est ton cinquième
album studio avec le groupe. Est-ce que ton job de batteuse / percussionniste a
été diffèrent des autres albums?
Si oui, à quel niveau ?
AD: J’ai vraiment essayé de faire
attention à la structure des chansons, d’utiliser la batterie comme une force
émotionnelle, ce que je ne fais jamais d’habitude. D’habitude, je la laisse
sonner. Un violoncelle ou une guitare par exemple, peuvent être vraiment
émouvants, cela vient naturellement. Ils sont
capables d’émouvoir un public. La batterie pas vraiment!
J’ai toujours vu la
batterie de cette manière: que puis-je faire pour servir les chansons ? Less is more. Cela a toujours été le cas pour moi. Et en particulier sur
cet album, j’ai choisi un son plus agressif. Il s’agissait de donner aux
chansons un mordant réellement tangible. C’est quelque chose que je n’avais
jamais vraiment fait avant. Je veux dire, j’ai fait du doom metal mais jamais
avec cette clarté et cette pesanteur.
GBHM :
La musique de Earth est lente, en opposition avec le monde d’immédiateté dans
lequel nous vivons, où nous sommes over-connecté et où tout est ou doit être
fait instantanément. Est-ce quelque chose que Earth essaie de combattre à
travers sa musique ?
AD: J’ai toujours l’impression que le
monde moderne en général et l’immédiateté de tout ce qui nécessite notre
attention, grignotent notre âme. Nous n’essayons pas musicalement de faire
telle ou telle chose de manière consciente, mais personnellement, j’aime les
choses qui me calment, je ne veux pas que mon cerveau soit encore plus stressé
qu’il ne l’est déjà. Je veux avoir des
pensées claires. Je veux respirer.
C’est comme dans les grandes villes où il y a
des parcs où les gens peuvent aller pour faire une pause. Je pense que nous
essayons de faire quelque chose de semblable. Notre musique est une chose grâce
à laquelle que tu peux prendre une grande bouffée d’air frais.
GBHM :
J’ai hâte d’en faire l’expérience ce soir. Pour revenir au monde dans lequel
nous vivons: j’ai le sentiment qu’il y a de plus en plus de femmes qui se
lancent dans la musique et en particulier dans le rock mais ça m’énerve
tellement quand je suis à un concert et que j’entends des commentaires du
style : « La bassiste est carrément mignonne » et non pas par
exemple « talentueuse ». As-tu déjà été confrontée à ça ?
AD: Je vois tout à fait ce que tu veux
dire: « Oh, elle n’est pas mauvaise pour une fille qui joue de la basse ». J’ai
dû me battre pas mal contre ça, surtout au début lorsque j’ai intégré le
groupe. A cette époque, on était deux et du coup pas grand-chose permettait de détourner
du fait qu’il y avait une femme qui jouait de la batterie dans un groupe de
métal (!). J’ai remarqué ça souvent. Les gens qui ne réalisent pas à quel point
c’est normal pour une femme de jouer un instrument tel que la guitare, la basse
ou même la batterie. Je veux dire, les groupes devraient juste penser à être
bons. Et si le batteur s’avère être une fille, et alors ? Je pense que
c’est aussi aux filles de montrer qu’elles sont aussi bonnes que les mecs.
Parce qu’elles le peuvent. Tu sais, nous avons fait il y a quelques années une
tournée avec une affiche exclusivement féminine. Voir la tête des gens en face
de nous, hallucinés, ça n’avait pas de prix!
GBHM : J’imagine! En
parlant de live, quel titre de Earth préfères-tu jouer sur scène et pourquoi?

AD:
Je vais choisir… (en train de réfléchir). Je vais choisir… (réfléchissant plus
longtemps). J’hésite entre deux, attends (rires). « Torn
By The Fox Of The Crescent Moon »
(sur
le nouvel album, NDLR)
. Celle-ci. Je vais
choisir celle-ci. Elle possède beaucoup de choses. Elle a des moments emportés,
des moments calmes.
Je peux être réellement créative et la rendre
différente chaque soir. Cette chanson me prend toujours aux tripes. Elle est
très complète. Et quand je la vois approcher sur la set list, je suis super
excitée !

MAUD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.