Accueil » Deerhoof : la possibilité d’une (belle) île (Interview VO/VF)

Deerhoof : la possibilité d’une (belle) île (Interview VO/VF)



Les cultes Californiens
de Deerhoof sont de retour (joie et
bonheur, même s’ils n’étaient jamais vraiment partis de nos cœurs) pour fêter
leur vingtième (!) anniversaire avec un nouvel album au nom aussi foutraque et
joyeux qu’eux, « La Isla Bonita« .

« C’est un peu la version américaine d’une
valse de l’oubli »
, annonce Greg Saunier, le batteur du groupe, à son
sujet.

L’opus a été conçu sans
préméditation en une dizaine de jours dans la cave d’Ed Rodriguez, guitariste
de son état, dans une belle ambiance de colonie de vacance punk.

Un salutaire retour au
DIY de leurs débuts, qui a abouti à l’enregistrement d’un album à la fois
spontané et fun, mais tellement percutant.

Si l’inspiration
d’ »Exit Only », écrite dans une vraie veine punk, a été puisée chez
les Ramones, les autres titres évoquent des images de paradis trompeurs et
d’empires en déclin, à l’instar de la magnifique et tellement triste « Mirror
Monster » ou de la lugubre « Oh Bummer », mais l’album laisse
malgré tout infuser une certaine exaltation dans l’obscurité.




On retrouve donc sur ce nouvel opus tout ce qui fait la griffe
Deerhoof, aussi bien les guitares noise-rock que les mélodies susurrées de sa
voix enfantine par l’inspirante et inspirée Satomi Matsuzaki.

C’est d’ailleurs avec elle qu’on a papoté Michael Jackson, bouffe
et surdité à l’occasion de la sortie du disque en France demain (Clapping Music) !




GBHM : DEERHOOF celebrates this
year its 20th anniversary, which is quite a long time for a band
without totally parting ways. How does that feel ? And how did you manage it ?

Satomi Matsuzaki : I
feel fortunate and lucky that I have never wanted to stop playing with Deerhoof.
Deerhoof allows me to be free and enjoy
whatever we do together. We get along well like a family who is openminded and
challenging with no fear. It’s my playground. 20 years of never ending
fun. 

GBHM : How do you think you
evolved as a musician during that time ? I mean, there have been a few changes
over the years: you started for instance to sing in Japanese as from 2005 and you
formed another band (OneOne) in 2008. How did that influence your role in
DEERHOOF?

SM : I simply kept playing and searching for what I
can do. Still the same. I don’t think my music mind set evolved. Music is
always new to me. Every time I think about making music, I start from empty
mind and try to grab something from current momentum feelings or thoughts. I
sang in Japanese sometimes in the past because some melodies I heard could
bring out interesting sounds and my bandmates liked how they sounded. 
Also, I like using my first native language. I think Japanese language is
beautiful.  I like to use it and our audiences are open minded. They enjoy
listening to our music even if they have no idea what I’m singing about ! Funny 🙂

GBHM : For this 20th
celebration, you’re the ones making a present to your fans with a new record. But
why did you choose this title « La Isla
Bonita
« . I read Greg’s statement starting with « No band is an island […]« , so is it referring to you as a band after
20 years successfully spent together ?

SM : My thought for the title is that I am from a
beautiful island, Japan ! Many mountains and scary earthquake, crazy pop
cultures… They represent Satomi’s core.



GBHM : « La Isla Bonita » is also a reference to a
famous track sung by a strong female figure in pop history. As you are a
musician but also a woman – which is not always simple to be – who are your
female musician heroes ?

SM : I like all the female musicians. This new
album is about me cheering all the females to come out in front!

GBHM : You initially went
to the United States in order to attend a film school. Do you ever think about
what you would have become if you didn’t end up being a rock star ?

SM : I would probably have become a B or C movie
film maker. I love movies. Also, recently I was thinking I could be a voice
actress. I can make funny animation voices.

GBHM : Since you’re
obviously into movies, are there any film-makers you find inspiring ?

SM : Werner Herzog and Nobuhiko Obayashi. I connect
to their sense of humors

GBHM : You were born in
Japan, went to High School in England and moved afterwards to the United
States. Does that reflect on the kind
of music / bands you grew up listening to ? And what are you listening to at the
moment ?

SM : I saw Michael Jackson’s « Smooth Criminal » tour
show in Tokyo dome when I was a kid. I dressed up as if I was gonna play on
stage and had my mom (a professional hair dresser) styled my hair like a pop
star but then I could see Michael far away from my seat. He was smaller than a
rice grain size! 

During my high school years, I was into EDM. I went out dancing in the
gay clubs in London on weekends. I studied during weekdays so hard that I needed
to dance away the stress of sitting in front of a desk in a school library.
 

Then I came back to Japan, I was just a standard Tokyo record collector.
I tried to listen to everything I could. No genre preferences. I was heavily
into noise music too. I lost my hearing for a week once when I went to see Merzbow in Tokyo.
That was scary.

Yesterday I listened to North Korean drum music. 

I think everything I listened was digested and have come out as different
new creations in my music making like science experiments. When different
chemicals are mixed together, you achieve to make completely different
substance.



GBHM : Let’s go back to
the new album. You recorded it in Ed’s basement, in a kind of punk/DIY style.
How did that go ?

SM : 10 days of happy band camp ! We got up together
and ate breakfast then went down to the basement and pressed « record ». 
Initially we were gonna just make music for that time frame but after five days
of the band camp, we already finished making enough songs to have an entire
album. We felt so excited and we were sounding sparkly and fresh, we decided to
go ahead and record ! Magically excellent.

GBHM : Why choosing Nick
Sylvester to produce it ? And what was his contribution to the album ?

SM : We know him for a long time and he had a
vision for our music. We never had anyone help producing our music for an album
before. It was a new experiment for us. He was great.  He gave me
encouragements and advices during vocal recording.

GBHM : This record is
very eclectic, alternating between minimalism and grandiloquence, energy and
serenity, from the Ramones tribute « Exit Only » to the slow and sad « Mirror
Monster ». What was the idea / the concept behind it
and how does it differ from your previous albums ?

SM : Just like you describe La Isla Bonita, we
express raw power, basement punk rock, captivation of our 2014 momentum. The
last album was like highly saturated science fiction party pop music.




GBHM : Will you be soon touring
through Europe to present it ?

SM : Yes ! We are coming early next year. We will
announce soon !

GBHM : About touring, after
you travelled the world and experienced lots of different crowds, can you tell
me a bit about the differences between the Japanese, American and European
audiences ?

SM : I don’t think there are differences. Our
audiences are excited to listen to our live shows. I always look into the
audiences and notice that people are listening to our music closely with big
smile faces. 🙂

GBHM : Staying on the
touring part, how do you usually choose your stage outfits ?

SM : I often shop my clothes in San Francisco and
Tokyo. Those two cities have really nice second hand/ inexpensive dresses.
Also, I am mini. I have hard time finding my size in Europe.

GBHM : This is the last
one. As a French person and that might sound like a cliché, but I love to ask
questions about food in interviews, and I think this is something French and
Japanese people have in common : a real culture of gastronomy. So what do you
miss the most – culinary speaking – when you’re on tour ? (I’ll personally go
for really really old comté cheese when
I spend time abroad)

SM : I feel you !!! I love food. I talk about that
with my French friends here in NY too. I miss Japanese rice balls very much
when I am away from home. I am gonna have a cook off with my French friends
next week at my house. The battle subject is DUCK. Both Japanese and French
cuisines have great duck dishes. My band mates are all vegans or vegetarians. I
am the lion in the group. 



Pour nos lecteurs non anglophones, voici la version en VF !


GBHM : DEERHOOF célèbre
cette année son 20e anniversaire, ce qui est plutôt une longue
période pour un groupe qui ne s’est jamais séparé. Ça te fait quoi ? Et
comment as-tu géré ça ? 



Satomi Matsuzaki : Je me
sens chanceuse et heureuse de n’avoir jamais voulu arrêté de jouer avec
Deerhoof. Deerhoof me permet de me sentir
libre et d’apprécier ce que nous faisons ensemble. On s’entend comment une
famille ouverte d’esprit, stimulante et sans peur. C’est mon terrain de jeu. 20
ans d’amusement sans fin.

GBHM : Comment penses-tu
avoir évolué en tant que musicienne pendant cette période ? Je veux dire, il y a
eu quelques changements au cours des années : tu as par exemple commencé à
chanter en japonais en 2005 et tu as fondé un autre groupe (OneOne) en 2008. En
quoi cela a influencé ton rôle au sein de DEERHOOF ?

SM : J’ai
simplement continué à jouer et à chercher ce que je pouvais faire. Toujours la
même chose. Je ne pense pas que ma mentalité par rapport à la musique ait
évolué. La musique est toujours quelque chose de nouveau pour moi. A chaque
fois que je réfléchis à faire de la musique, je fais le vide dans mon esprit et
j’essaie de saisir les sentiments ou les pensées du moment présent. J’ai chanté
en japonais parfois par le passé parce que certaines mélodies que j’entendais
pouvaient révéler des sonorités intéressantes et que les autres membres du
groupe aimaient le rendu. Par ailleurs, j’aime utiliser ma langue maternelle.
Je trouve que la langue japonaise est magnifique. Et notre public est très ouvert
à ce sujet. Il aime écouter notre musique même s’ils n’ont aucune idée de ce
que je chante ! C’est marrant. [rires]



GBHM : Pour fêter vos 20 ans, c’est vous qui offrez un
cadeau à vos fans avec un nouvel album. Mais pourquoi avez-vous choisi ce titre « La Isla Bonita » ? J’ai
lu Ia déclaration de Greg qui commence par « Aucun groupe n’est une île […] ».
Ce titre se réfère-t-il à vous en tant que groupe après 20 ans passés ensemble
avec succès ?
SM : Mon
idée pour ce titre est que je viens d’une belle île, le Japon ! Beaucoup de
montagnes et de tremblements de terre terrifiants, une culture pop complètement
dingue… Tout cela représente mon noyau fondamental.
GBHM : « La Isla
Bonita
 » est également une référence au célèbre titre d’une importante
figure féminine de l’histoire de la pop. Puisque tu es musicienne mais
également une femme – ce qui n’est pas toujours simple – quelles sont les
musiciennes que tu admires ?
SM : J’aime
toutes les musiciennes. Ce nouvel album est ma façon d’encourager toutes les
femmes à se mettre en avant !
GBHM : Au départ, tu es venue aux Etats-Unis pour faire une
école de cinéma. T’arrive-t-il de penser à ce que tu serais devenue si tu
n’avais pas été une rock star?
SM : Je serais
probablement devenue une réalisatrice de séries B voire C.  Récemment, je me suis dit que je pourrais
faire du doublage de voix. Je fais des voix de dessins animés très marrantes.
GBHM : Puisqu’apparemment 
tu aimes le cinéma, y a-t-il des réalisateurs qui t’inspirent?
SM : Werner Herzog et Nobuhiko Obayashi. J’accroche
à leur sens de l’humour.
GBHM : Tu es née au Japon, tu es allée au lycée en
Angleterre et tu as déménagé ensuite aux Etats-Unis. Cela se reflète-t-il dans
le genre de musique / les groupes que tu écoutais en grandissant? Et
qu’écoutes-tu en ce moment ?
SM : J’ai vu
la tournée « Smooth Criminal » de Michael Jackson au Dôme de Tokyo quand
j’étais enfant. Je me suis habillée comme si j’allais monter sur scène et ma mère
(qui est coiffeuse professionnelle) m’a coiffée comme une pop star, mais je
n’ai vu Michael que de loin depuis mon siège. Il était plus petit qu’un grain
de riz ! 
Pendant
mes années lycées, j’étais à fond dans la dance music. J’allais danser dans les
clubs gays londoniens le week-end. J’étudiais tellement pendant la semaine que
j’avais besoin de danser pour évacuer le stress d’être scotchée à un bureau
dans une bibliothèque scolaire.
Ensuite je
suis retournée au Japon, j’étais une tokyoïte collectionneuse de disques tout
ce qu’il y a de plus normal. J’essayais d’écouter tout ce que je pouvais. Pas
de style particulier, aucune préférence.  J’adorais aussi la noise. J’ai perdu
l’audition pendant une semaine après avoir vu Merzbow à Tokyo. C’était
flippant.
Hier j’ai
écouté des percussions nord-coréennes.
Je pense
que tout ce que j’ai écouté a été digéré et ressorti dans mes différentes
nouvelles créations musicales un peu comme des expériences scientifiques.
Lorsque différents produits chimiques sont mélangés, cela crée au final une
substance complètement différente.
GBHM : Revenons au nouvel album. Vous l’avez enregistré dans
le sous-sol d’Ed, dans un style punk / DIY. Comment ça s’est passé ?  
SM : 10
jours d’une joyeuse colonie musicale ! On se levait ensemble et on prenait le
petit-déjeuner, ensuite en descendait et on appuyait sur « enregistrer ».
Au départ, on voulait juste faire de la musique pendant cette période mais après
cinq jours de colo, on avait pratiquement terminé assez de chansons pour faire
un album entier. On était tellement excités, notre son était frais et étincelant,
alors on a décidé de continuer et d’enregistrer ! Et comme par magie, c’est
devenu excellent.
GBHM : Pourquoi avoir choisi Nick Sylvester pour produire
l’album ? Et quelle a été sa contribution ?
SM : On le
connaît depuis longtemps et il avait une vision pour notre musique. Personne ne
nous avait jamais aidés à produire notre musique pour un album avant lui.
C’était une nouvelle expérience pour nous. C’était génial. Il m’a encouragée et
conseillée pendant l’enregistrement des voix.
GBHM : Ce disque est très éclectique, alternant entre
minimalisme et grandiloquence, énergie et sérénité, de l’hommage aux Ramones « Exit
Only » à la lente et triste « Mirror Monster ». Quelle était
l’idée / le concept derrière et en quoi diffère-t-il des autres albums ?
SM : Juste
comme tu as décrit « La Isla Bonita« .
Nous exprimons une puissance brute, du punk rock de sous-sol, une fascination
pour notre « élan 2014 ». Le dernier album était un peu comme de la pop de
science-fiction hautement saturée.

GBHM : Est-ce que vous allez bientôt faire une tournée
européenne pour le présenter ?
SM : Oui !
Nous allons venir en début d’année prochaine. On va bientôt l’annoncer !
GBHM : En parlant de tournée, après avoir voyagé dans le
monde entier et fait l’expérience de beaucoup de publics différents, peux-tu me
dire un peu quelles sont les différences entre les publics japonais, américains
et européens ?
SM : Je ne
pense pas qu’il y ait de différences. Notre public est en émoi lorsqu’il assiste à nos
concerts. Je regarde toujours dans la foule et je remarque que les gens
écoutent notre musique avec attention et avec de grands sourires [rires].
GBHM : Pour continuer sur ce sujet des tournées, comment choisis-tu tes costumes
de scène en général ?  
SM : J’achète
souvent mes vêtements à San Francisco et à Tokyo. Ces deux villes ont des friperies
/ des robes bon marché très sympas. En plus, je suis minuscule. J’ai du mal à
trouver ma taille en Europe.
GBHM : Ce sera ma dernière question. En tant que Française,
et je sais que c’est un peu un cliché, mais j’adore poser des questions sur la
nourriture en interview. Et je pense que c’est quelque chose que les Français
et les Japonais ont en commun: une réelle culture de la gastronomie. Donc
qu’est-ce qui te manque le plus – culinairement parlant – quand tu es en
tournée ? (Perso je dirais le très vieux comté quand je suis à l’étranger)
SM : Je vois
tout à fait ce que tu veux dire ! J’adore manger ! J’en parle aussi avec
mes amis français ici à NY. Les boules de riz japonaises me manquent quand je
ne suis pas à la maison. On organise un concours de cuisine avec mes amis
français la semaine prochaine chez moi. Le sujet de la bataille est le CANARD.
Les cuisines japonaises et françaises ont toutes les deux de sublimes plats de
canard. Les autres membres du groupe sont végétariens ou vegans.  Je suis le lion de la bande.
MAUD