TOY: "We're struggling to survive" (Interview VO/VF)


Nous étions début décembre et déjà le Nouveau Casino nous offrait notre premier cadeau de Noël: TOY, le quintette de Brighton adepte d'un shoegaze énergique et euphorisant.
Le groupe sortait fin octobre un nouvel album ("Clear Shot"), l'occasion parfaite pour lui parler d’avant, d’après, de ciné et du succès trouvé...

GBHM : Hey guys! First things, why the name "TOY" ?

Tom : When we were looking for names, one of our friends had this old Victorian toy box and it said "toy" on it (laughs).

Charlie : You know the logo on the first album…

Tom : We actually took it (from the box) ! When you’re looking for a name, you spend months looking for anything, and then we just thought that it’s a great name for a band.

GBHM : According to Last.fm, there are nine artists called "Toy"...

Tom : But none of them have done particularly well !

(everyone laughs)

GBHM : You supported The Horrors very early in your career. With a name like "TOY", did you want to remain anonymous online at first ?

Tom : I don’t think we really wanted to be anonymous. We just liked the name. Everyone always says, "it’s really hard to google you." You just need to put "band" after it !

Charlie : It makes you think what people did before the internet, they went to gigs and spoke to their friends about music. Maybe it’s more tangible if people find out about us through the old-fashioned channels.



GBHM : How did you get signed by Heavenly Recordings ?

Tom : We did a residency at The Shacklewell Arms in East London just before we recorded our first single ("Left Myself Behind"). Jeff Barrett (founder of the label) came to one of the shows and really liked us. We signed there and then after the show.

GBHM : Skepta talked about the importance of being unsigned after winning the Mercury Prize. How necessary do you think it is to have a label nowadays ?

Tom : The thing is with a label like Heavenly, no control is taken away from the band. All they do is pay for the albums to be made.

Max : It depends on the person. He might be very good at organising himself !

Charlie : Because of Heavenly’s roster of having bands that are similar to us, it might help with people checking out what other bands are on the label.

GBHM : Your first two albums were released in quick succession, was it a good thing to have a gap between the second ("Join the Dots") and third record ("Clear Shot") ?

Charlie : I think it was an essential thing. We went on a massive tour. A lot of things happened in our personal lives and we needed that space to reconvene and come up with new material.

Tom : When Alejandra left the band, it slowed things down. We had to find a replacement (Max). Before she left, things had come to a bit of a standstill. We were always writing, demoing and keeping very busy. We weren’t touring but still doing one-off shows.

Charlie : We weren’t completely locked away.

Tom : We did a lot of writing. We wrote all the songs for the most recent album and EP ("Spellbound").

GBHM : Was it easy deciding which songs would go on the EP and those that would go on the album ?

Tom : I think it was. The tracks that went on the album fit really well together. I think the album flows better than the previous two. There weren’t that many hard decisions to make.

Max : It was tricky. A couple of songs weren’t going to go on the record…

Tom : We really like the EP a lot. It has a really nice atmosphere to it.

Charlie : They don’t sound like album rejects.



GBHM : For this album you were influenced by scores for films and books about music rather than just music itself…

Max : We spent the winter before recording the album watching a lot of Hitchcock films.

Tom : That’s definitely something that’s more influential on this record. About half of the songs have a cinematic quality.

GBHM : Which form of art influences you the most ? Music, cinema or literature ?

Tom : Everything!

Charlie : It all feeds into what we’re doing in different ways.

GBHM : In the studio, you record live as a band. Do you enjoy touring and playing gigs more than spending time recording music ?

Tom : We would spend more time in the studio if we had more money !

Charlie : You have to go on tour to make the money to record albums these days. That’s the economics of it. We do really love both aspects of it though.

Tom : We love being on tour. It’s a better than our average lifestyle. When we’re on tour, we get free drinks !



GBHM : This is your final show of the current tour. What was the standout show ?

Charlie : Berlin and Cologne. We always have really good audiences in Germany and for some reason, everything came together.

Max : I really enjoyed London too.

GBHM : You were supported by Wire at the Lexington in London in 2013. How did that happen ?

Tom : They liked the band and they asked us ! They thought it would be nice for a new band to headline the show. I guess it was a reaction to heritage rock headlining festivals. They were trying to reverse that. It’s a really cool idea actually.

Charlie : We’re really big fans of Wire too !

GBHM : Clear Shot was awarded BBC 6 Music’s "Album of the Week" and ‘Album de la semaine’ on Canal+. How important is that recognition to you ?

Tom : Whenever you get this news, it makes me think that it’s worth doing it (making music).

Charlie : It makes you feel good that there are people out there who actually like us. Especially when we’re struggling to survive. We’re all on the breadline when we’re not touring. Most of us have got other jobs.

GBHM : Was it strange to be played on the TV ?

Charlie : It’s new for us.

Tom : We’ve never done that before.

Max : Yeah, it was nerve racking.

Pour nos lecteurs non anglophones, voici la version en VF


GBHM : Salut les gars ! Pour commencer, pourquoi le nom "TOY" ?

Tom : Quand on était en train de chercher un nom, un de nos amis avait un vieux coffre à jouets victorien avec le mot "toy" écrit dessus (rires).

Charlie : Tu sais le logo pour la pochette de notre premier album...

Tom : En vrai, on l’a pris (du coffre) ! Quand tu cherches un nom, tu passes des mois à imaginer tout et n’importe quoi. Au final, on pensait simplement que c’était un bon nom pour un groupe.

GBHM : Selon Last.fm, il y a neuf groupes qui s’appellent "Toy"...

Tom : Mais aucun d’entre eux n’a eu du succès ! (rires)

GBHM : Vous avez joué en première partie de The Horrors très tôt dans votre carrière. Avec un nom comme "TOY", est-ce que c’était un moyen de rester anonyme sur internet ?

Tom : Je n’y pense pas vraiment. On a simplement aimé le nom. Tout le monde dit, "il est vraiment dur de vous trouver sur Google." Ce n’est pas le cas. Il faut juste mettre "band" après !

Charlie : Cela te fait réfléchir à la manière dont les gens s’y prenaient avant internet. Ils venaient aux concerts et parlaient avec des amis de la musique. Peut-être que c’est plus tangible quand les gens nous découvrent grâce à des moyens démodés.

GBHM : Comment vous êtes vous retrouvés signés par Heavenly Recordings ?

Tom : On a fait plusieurs concerts à Shacklewell Arms dans l’East London juste avant d’enregistrer notre premier morceau ("Left Myself Behind"). Jeff Barrett (le fondateur du label) a vu un de nos concerts et nous a bien aimé. On a signé sur le champ.

GBHM : Skepta a parlé de l’importance de ne pas avoir un label après avoir gagné le Mercury Prize. Pensez-vous que ce soit indispensable d’en avoir de nos jours ?

Tom : Avec un label comme Heavenly, il n’y a pas de contrôle sur le groupe. Ils ne nous paient que pour qu’on puisse enregistrer nos albums.

Max : Ça dépend de la personne. Il se peut qu’il s’organise bien lui-même !

Charlie : Vu qu’il y a beaucoup de groupes similaire dans l'écurie Heavenly, ça peut permettre aux gens de découvrir d’autres groupes dans le label.

GBHM : Vos deux premiers albums sont sortis rapidement l’un après l’autre. C’était une bonne chose de faire une pause entre le deuxième ("Join the Dots") et le troisième ("Clear Shot") ?

Charlie : C’était essentiel. On a fait une grande tournée. Beaucoup de choses se sont passées dans nos vies personnelles et on avait besoin de cet espacement pour se réunir à nouveau et composer de nouveaux trucs.

Tom : Quand Alejandra a quitté le groupe, tout a ralenti. On a eu besoin de trouver quelqu’un pour la remplacer (Max). Avant qu’elle ne s’en aille, il y a eu un petit break. On écrivait toujours, on faisait des démos et on était super occupés. On n’a pas fait beaucoup de tournées mais les concerts étaient exceptionnels.

Charlie : On n’a pas été mis sous les verrous.

Tom : On a écrit toutes les chansons de notre nouvel album et EP ("Spellbound") pendant cette période.

GBHM : A-t-il été facile de sélectionner les chansons pour l’album et l’EP ?

Tom : A mon avis, oui. Les chansons dans l’album s’emboîtent bien et mieux que sur les deux précédents. Il n’y avait pas de décisions dures.

Max : Je crois que c’était épineux. Il y avait quelques chansons qui à l’origine ne devaient pas apparaître dans l’album.

Tom : On aime beaucoup l’EP. Il y a une bonne atmosphère.

Charlie : Les chansons de l'EP ne sonnent pas comme s'il s'agissait de titres écartés de l'album.

GBHM : Pour cet album, vous vous êtes influencés de musiques de film mais aussi de livres sur la musique, au lieu de la musique elle-même…

Max : Avant d’enregistrer l’album, on a passé l’hiver à regarder des films d’Hitchcock.

Tom : Ça a effectivement beaucoup influencé l’album. La moitié des chansons a une qualité cinématographique.

GBHM : Quelle forme d’art vous influence le plus ? La musique, le cinéma ou la littérature ?

Tom : Tout !

Charlie : Tout nous inspire dans des manières différentes.

GBHM : Dans le studio, vous enregistrez en live. Vous préférez les tournées, les concerts ou enregistrer ?

Tom : On passerait plus de temps dans le studio si on avait plus d’argent !

Charlie : Il faut faire des tournées pour gagner de l’argent et pour enregistrer des albums de nos jours. C’est la situation économique. De toute façon on adore faire les deux.

Tom : On adore être en tournée. Notre niveau de vie augmente - on boit gratuitement !

GBHM : C’est le dernier concert de cette tournée. Lequel était le plus extraordinaire ?

Charlie : Berlin et Cologne. Le public réagit toujours bien là-bas mais pour une raison inconnue, tout se passait pour le mieux.

Max : J’ai bien aimé Londres aussi.

GBHM : Wire a joué en première partie de votre concert à Lexington à Londres en 2013. Comment ça s’est passé ?

Tom : Ils nous aiment et nous ont simplement demandé. Ils ont pensé que ça serait sympa pour un nouveau groupe d’être la tête d’affiche. Je suppose que c’était un pied de nez au fait que ce sont normalement les vieux artistes qui se retrouvent en tête d’affiche dans les festivals. Ils voulaient faire l’inverse. C’était une idée cool.

Charlie : On est des grands fans de Wire en plus !

GBHM : BBC 6 Music et Canal+ ont décerné à Clear Shot le titre d’"Album de la semaine". Ces reconnaissances sont-elles importantes pour vous ?

Tom : Ça me fait penser que ça vaut la peine (de faire de la musique).

Charlie : Ça nous fait plaisir que les gens nous apprécient. Particulièrement parce qu’on a du mal à survivre. On est sous le seuil de pauvreté quand on fait pas de tournées. La plupart d’entre nous ont des petits boulots.

GBHM : C’était pas bizarre d’être diffusé à la télé ?

Charlie : C’est tout nouveau pour nous.

Tom : On n’a jamais fait chose pareille.

Max : C’était dur pour les nerfs.

PROPOS RECUEILLIS, RETRANSCRITS ET TRADUITS PAR MIKE WINNINGTON

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire