The Vaselines : avec un V comme vivants (Interview VO/VF)


Pour être totalement honnête, avant que mon groupe préféré ever ne décide en 1992 d’inclure des reprises de deux de leurs titres - à savoir "Son of a gun" et "Molly's Lips" - sur la compil "Incesticide", je n’avais jamais entendu parler de The Vaselines, pourtant précurseurs du rock alternatif qui allait déferler sur les 90’s. 

A ma décharge, il semblerait qu’avant le coup de pouce susmentionné, ce groupe créé au mitan des années 80 et séparé après la sortie de 2 EP puis d’un album en 1989, ne devait pas être des masses célèbre en dehors de la périphérie de Glasgow.

En 1993, lors du fameux MTV Unplugged à New York, les apôtres du grunge en remettent une couche en reprenant le morceau "Jesus Wants Me for a Sunbeam", qu’ils transforment en "Jesus Doesn’t Want Me for a Sunbeam". A partir de là, c’est la notoriété assurée pour les écossais, qui attendront pourtant un paquet d’années avant de se reformer.


Leur rendement s’étant sensiblement amélioré pendant les années 2000, c’est seulement quatre ans après "Sex with an X" qu’ils ont sorti le 29 septembre dernier (Rosary Music/La Baleine) un nouvel effort autoproduit, intitulé "V for Vaselines" et enregistré – attention scottish name dropping – dans le studio de leurs concitoyens de Mogwai, avec l’aide entre autres de Stevie Jackson de Belle and Sebastian et de Frank Macdonald de Teenage Fanclub.   

Si leur press release annonce qu’ils se seraient inspirés cette fois-ci des Ramones pour "écrire quelques titres punk rock très courts, qui rentrent directement dans la tête des gens, et en ressortent très très vite", cette filiation apparaît certes sur certains titres, mais en moins déjantée. En réalité, au niveau des rythmiques et de l’agencement mélodique entre les voix des fondateurs Eugene Kelly et Frances McKee, ce sont plutôt quelques légendes shoegaze des 90’s (coucou My Bloody Valentine et The Jesus and Mary Chain) qui se rappellent à notre bon souvenir, le tout ayant presque un léger côté pixiesque.


Mais si ce condensé de rock 90’s peut sans aucun doute séduire les nostalgiques (et je m’inclus dans le lot), la gageure consiste ici plutôt à susciter l’intérêt de la génération Soundcloud. Cela fut apparemment le cas lors du festival Mo’Fo en 2011. On espère que l’interview qui suit, réalisée quelques heures avant leur concert du 18 novembre dernier à La Maroquinerie (et qui m’aura valu des crampes d’estomac tellement ils m’ont fait marrer), sera un nouveau pas en ce sens, tant le duo gagnerait à être (re)connu.


GBHM : The last time you played in Paris was 3 years ago. Did you keep any memory of the show ? How does it feel to be back ?


Frances McKee : Yes ! Everyone was really drunk [laughs]. It was a great show actually. We could have come and played anything, people were just really up for it.

Eugene Kelly : That’s one of my favorite shows. It’s great when you get young people coming to the show, having this young audience mosh and dance. It was really exciting, a great atmosphere. The audience is part of a show and contributes to it. It makes you enjoy it more ! It makes you remember it and I definitely remember this one !


GBHM : Back then, you played at an indie music festival in the Parisian suburbs [the Mo’Fo, ed.]. What do you think of the current so-called "alternative" scene ? Do you think alternative rock still exists ?


FMK : Good question. I think it’s getting overwhelmed by contemporary mainstream. It’s hard to find "alternative" music in this sense. 


EK : I think there’s no real alternative music anymore, anything is so easily attainable. It’s not difficult to get anything anymore.


GBHM : I know what you mean: alternative to what ?


FMK : Yeah, exactly.


GBHM : You waited more than 20 years after your split-up to release "Sex with an X". How come you are so prolific now with a new album released only 4 years later ? 


EK : Well, because after another 20 years we would be 70 [laughs]. And I think only the Rolling Stones can get away with being 70 and still playing rock’n roll. So we thought we have to do it now ! Now that we’re still fit enough to get on stage without having our bones cracking. We thought "why shouldn’t we continue ?" after we enjoyed making the last album and touring to present it, "should we just stop ? Is that it ?" But since people enjoyed it and we enjoyed it, we wanted to see if we could do another one. 


GBHM : Does it mean you’re back for good ? Do you have other songs written but not recorded yet ?


EK : No. We don’t plan too far ahead. Once we’ve played this record for the next year, we’ll decide if it’s all over. 


 
GBHM : According to your press release, you have been inspired by The Ramones while writing "V for Vaselines". Deerhoof had a similar approach on their last album. Why do you think punk rock and The Ramones in particular seem to be so inspiring right now ?

EK : We were inspired by the fact that their songs are short. The more you write songs, the more you tend to write extra verses. There is a risk that your music can become flabby. So we decided to write really short songs that wouldn’t bore people. The shorter is was, the more intense the song became.


FMK : The Ramones actually wrote pop songs. 


EK: Yeah, exactly. And we tried to get that sense of melody from them as well.


GBHM : Everyone is aware by now that you inspired Nirvana and that you were one of Kurt Cobain’s favorite bands. But who were your own inspirations or role models when you started the band ?


EK : The Human League "Don’t you want me" [laughs]. No, don’t write this, I’m kidding ! 


FMK : I think for me it was bands like the Television Personalities because they brought forward the punk idea. You know, everyone think punk is DIY, but actually punk was quite commercial. So bands like The Pastels or Television Personalities, that was true punk rock because they were actually changing things.


EK : Yeah, the second wave of punk rock in the early 80’s… That was quite inspirational to us. 


FMK : They were not on TV, you never would have seen them on "Top of The Pops", but they were still accessible for people who wanted to.


GBHM : Your sense of humor seems to be a big deal: starting with your band’s name, the fact you called your previous album "Sex with an X" [Frances and Eugene used to be in a relationship, ed.], the funny reference you made to the new album cover in your "High tide low tide" video. Is that a Scottish thing ?


FMK : Yeah, our humor doesn’t travel very well [laughs].


EK : I’m not sure. I think in Scotland, we’re kind of self-deprecating. You don’t want to be seen like those bands who signed a major deal in Glasgow and once they came back from London after making a flop people would have laughed at them. We just realized we wanted to keep it real and try to have fun with it. You know, trying to amuse ourselves.


FMK : I think it is not for anyone’s fun except for us [laughs]. We’re quite selfish that way. Sometimes we have the feeling we don’t play enough music because we’re too busy having a good time !


EK : I think lots of musicians take themselves far too seriously and sometimes I’d like to tell them: "hey look, it’s just music !" It should stay an entertainment.


FMK : But when to come to see a band, you want to know about them. And we give a few things away.


EK : Way too much ! [laughs]


GBHM : Speaking of Scotland, I have to ask: how do you feel about the results of the Scottish Independence vote ? 


EK : Depressed [laughs].


FMK : Well, optimistic actually because you know, that referendum has really shaken up politics. I think there will be another referendum at some point. It has made the younger generation much more politically aware, which is naturally a good thing.


EK : In the last year so many people became engaged with politics !


FMK :
And also 16 year olds could vote for the first time, I wish it could be the same for future votes but some parties are against that. 



GBHM : You’ve known each other for a while now and even used to be in a relationship. Are the lines "goodbye crazy lady, I’m over you" from the "Crazy lady" song personal ones ? 


FMK : Are you calling me a crazy lady ? [laughs]


GBHM : I wouldn’t dare ! 


EK (addressing to Frances): I could call you crazy lady ! 


FMK : Actually we didn’t have a chorus for that song and I came up with that. I had to pursue Eugene to sing it. "I can’t sing that, I can’t sing that" he kept on repeating…and I always replied: "Yes, you can". It actually has to do with the fact the Margaret Thatcher died. It was a goodbye song.


EK : It was a message from Scotland to the conservative party: "We’re over her". [laughs]


GBHM : Do you even write songs about your past together ?


FMK : Never ever ! [laughs] Our songs are universal, they speak to everyone. 


EK : There are references to our experiences of life, but no really references to things that happened 20 years ago.


GBHM : Frances, I read a few times you have been teaching yoga. What about you Eugene, apart from music, what else are you good at ? 


EK and FMK, together : Good question !


FMK : He turns on the TV.


EK : I read books and I try to write songs, that’s it. I don’t teach yoga. I actually went once to one of Frances’ classes.


FMK : Oh yeah. I was supposed to teach at the ATP festival where we played, so I had to teach quite a lot of drunk people, but Eugene did very well !


EK : Yeah, I was good, so I should go back but I’ve been lazy.


GBHM : Is this what you will be returning to, once the tour is over ?


FMK : Yeah, I’ll go back to teaching. 


EK : And I’ll go back to the fridge. And eat pancakes. And ride a bike.


Pour nos lecteurs non anglophones, voici la version en VF !


GBHM : La dernière fois que vous avez joué à Paris c’était il y a trois ans. Vous avez gardé des souvenirs du concert ? Qu’est-ce que ça fait d’être de retour ?

Frances McKee : Oui ! Tout le monde était vraiment bourré [rires]. C’était un super concert en fait. Nous aurions pu venir et jouer n’importe quoi, les gens étaient juste vraiment à fond.

Eugene Kelly : C’est l’un de mes concerts favoris. C’est génial quand tu as des jeunes qui viennent au concert, d’avoir ce public qui pogote et qui danse. C’était vraiment excitant, une super atmosphère. Le public fait partie d’un concert et y contribue. Ça te le fait apprécier encore plus ! Ça te permet de t’en souvenir et je me rappelle incontestablement de celui-ci !

GBHM : A l’époque, vous avez joué dans un festival de musique indé en banlieue parisienne [le Mo’Fo, ndlr.]. Que pensez-vous de la scène qu’on dit actuellement "alternative" ? Pensez-vous que le rock alternatif existe encore ?

FMK : Bonne question. Je pense que c’est submerge par le mainstream contemporain. En ce sens, c’est difficile de trouver de la musique "alternative".

EK : Je pense qu’il n’y a plus de musique alternative, tout est tellement facilement accessible. Il n’est plus difficile de trouver quoi que ce soit.

GBHM : Je vois ce que vous voulez dire; alternative à quoi ?

FMK : Oui, exactement.

GBHM : Vous avez attend plus de 20 ans après la séparation du groupe pour sortir "Sex with an X". Comment se fait-il que vous soyez si prolifiques à présent avec un nouvel album sorti seulement 4 ans plus tard ? 

EK : Eh bien parce que dans 20 ans, nous en aurons 70 [rires]. Et je pense que seuls les Rolling Stones peuvent se permettre de toujours faire du rock à 70 ans. Donc on s’est dit qu’on devait le faire maintenant ! Maintenant que nous sommes toujours assez en forme pour monter sur scène sans que nos os ne se fêlent. Nous nous sommes dit "pourquoi ne pas continuer ?" après avoir adore faire le dernier album et l’avoir présenté en tournée. "Devrions-nous simplement nous arrêter ? Alors c’est tout ?" Mais puisque les gens l’ont apprécié et que nous l’avons apprécié, nous avons voulu voir si nous pouvions en faire un autre.

GBHM : Est-ce que ça signifie que vous êtes de retour pour de bon ? Vous avez écrit d’autres titres qui ne seraient pas encore enregistrés ? 

EK : Non. On ne planifie pas si loin. Une fois qu’on aura joué le disque pendant un an, on décidera si tout doit s’arrêter. 

GBHM : Selon votre communiqué de presse, vous vous êtes inspirés des Ramones en écrivant "V for Vaselines". Deerhoof a eu une approche similaire sur son dernier album. Pourquoi pensez-vous que le punk rock et les Ramones en particulier semblent être si inspirants en ce moment ?

EK : Nous avons été inspire par le fait que leurs chansons sont courtes. Le plus tu écris de chansons, le plus tu as tendance à rajouter des couplets. Il existe un risque que ta musique devienne molle.  Donc on a décidé d’écrire des chansons vraiment courtes qui n’ennuieraient pas les gens. Plus elle était courte, plus la chanson devenait intense.

FMK : Les Ramones écrivaient des pop songs en fait.

EK : Oui, exactement. Et on a essayé de s’approprier également leur sens mélodique.

GBHM : Tout le monde est au courant à présent que vous avez inspiré Nirvana et que vous étiez l’un des groups préférés de Kurt Cobain. Mais qui ont été vos propres inspirations ou vos modèles à vos débuts ?

EK : The Human League "Don’t you want me" [rires]. Non, n’écris pas ça, je plaisante !

FMK : Je pense que pour moi c’était des groupes comme les Television Personalities parce qu’ils ont amené l’idée du punk. Tu vois, tout le monde pense que le punk est DIY, mais en réalité le punk était assez commercial. Donc des groupes comme The Pastels ou Television Personalities, c’était du vrai punk rock parce qu’ils changeaient réellement les choses.

EK : Ouais, la seconde vague de punk rock au début des 80’s… C’était plutôt inspirant pour nous.

FMK : Ils n’étaient pas à la télé, tu ne les aurais jamais vus à "Top of the Pops", mais ils étaient accessibles aux gens qui le voulaient.  

GBHM : Votre sens de l’humour semble être une chose importante : à commencer par le nom de votre groupe, le fait que vous ayez appelé votre album précédent "Sex with an X" [Frances et Eugene sont sortis ensemble au début du groupe, ndlr], la référence marrante à la pochette du nouvel album dans la vidéo de "High tide low tide". C’est un truc écossais ?

FMK : Ouais, notre humour ne voyage pas très bien [rires].

EK : Je ne suis pas sûr. Je pense qu’en Ecosse on est pleins d’autodérision. Tu ne veux pas être vu comme un de ces groupes qui signe sur une major à Glasgow et dont les gens se moquent après qu’ils aient fait un bide à Londres. On a juste réalisé qu’on voulait garder les pieds sur terre et nous amuser.

FMK : Je pense que ça n’amuse personne à part nous [rires]. On est assez égoïstes à cet égard. Parfois on a le sentiment qu’on ne joue pas assez de musique parce qu’on passe trop de temps à se marrer !

EK : Je pense que beaucoup de musiciens se prennent beaucoup trop au sérieux et parfois j’aimerais leur dire: "mais enfin, c’est juste de la musique". Ça devrait rester un divertissement.

FMK : Mais quand tu vas voir un groupe, tu veux apprendre des choses sur eux. Et on lâche pas mal de trucs.  

EK : Beaucoup trop d’ailleurs ! [rires]

GBHM : En parlant de l’Ecosse, je dois vous poser la question: que pensez-vous des résultats du référendum sur l’indépendance ?

EK : Déprimé [rires].

FMK : Eh bien plutôt optimiste en fait parce que tu vois, ce référendum a vraiment secoué la politique. Je pense qu’il y aura un autre référendum un jour. La jeune génération est devenue bien plus consciente de la politique, ce qui est naturellement une bonne chose.

EK : Au cours de l’année passée, tant de gens se sont engagés en politique !

FMK : Et les gens de 16 ans ont également pu voter pour la première, je souhaite que ça soit la même chose pour les prochaines élections mais certains partis sont contre.

GBHM : Vous vous connaissez depuis un moment déjà et avez même été en couple. Les paroles "goodbye crazy lady, I’m over you" de la chanson "Crazy lady" sont-elles personnelles ?

FMK : Es-tu en train de me traiter de folle ? [rires]

GBHM : Je n’oserais pas !

EK (s’adressant à Frances): Je pourrais te traiter de folle !

FMK : En fait on n’avait pas de refrain  pour cette chanson et c’est moi qui ai trouvé ça. J’ai dû persuader Eugene de chanter ça. "Je ne peux pas chanter ça, je ne peux pas!" répétait-il en boucle et je répondais toujours "Mais si tu peux !". En fait c’est en lien avec le décès de Margaret Thatcher. C’est une chanson d’adieu.

EK : C’est un message de l’Ecosse au parti conservateur: "On s’en est remis". [rires]

GBHM : Vous écrivez parfois des chansons sur votre passé commun ?

FMK : Jamais au grand jamais ! [rires] Nos chansons sont universelles, elles parlent à tout le monde.

EK : Il y a des références à nos expériences de vie, mais pas de réelles références à ce qui s’est passé il y a 20 ans.  

GBHM : Frances, j’ai lu à plusieurs reprises que tu enseignais le yoga. Qu’en est-il de toi Eugene, en dehors de la musique, tu es doué pour quoi ?

EK et FMK, ensemble : bonne question !

FMK : Il allume la télé.

EK : Je lis des livres et j’essaie d’écrire des chansons, c’est tout. Je n’enseigne pas le yoga. Mais j’ai déjà assisté à un cours de Frances.

FMK : Oh oui. Je devais donner des cours pendant l’ATP festival où nous avons joué, donc j’ai dû enseigner le yoga à pas mal de gens bourrés, mais Eugene s’est bien débrouillé !

EK : Ouais, j’étais bon, je devrais y retourner mais je suis trop fainéant.

GBHM : C’est ce à quoi vous allez retourner une fois la tournée terminée ?

FMK : Oui, je retourne enseigner.

EK : Et je retourne à mon frigo. Manger des pancakes. Et faire du vélo. 

PROPOS RECUEILLIS, TRADUITS ET RETRANSCRITS PAR MAUD

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire