The Drums : une encyclopédie de la renaissance (Interview VO/VF)


The Drums reviennent après trois ans d’absence, cette fois en duo et avec un magnifique album qui s’annonce cathartique.

Quand The Drums ont débarqué en France en 2010 avec leur LP éponyme bourré de tubes en puissance (que celui qui n’a pas écouté en boucle "Let’s Go Surfing" à sa sortie me jette la première planche), ils ont occupé la pôle-position de ma BO de l’été. Leur essai suivant "Portamento" est paru en 2011 suite à la défection du guitariste Adam Kessler et fut injustement moins encensé alors qu’il livrait lui aussi de nombreuses pépites.
Mais depuis trois ans, rien…

Lorsque miracle, redevenus un duo pour la première fois depuis l’EP "Summertime!" (constitué des deux fondateurs, le chanteur Jonathan "Jonny" Pierce et le multi-instrumentiste Jacob Graham), ils ont dévoilé le 17 juillet dernier l’étincelant quoiqu’un brin énervé "Magic Mountain", premier single de leur prochain album intitulé "Encyclopedia", lequel sortira le 23 septembre 2014 sur Minor Records.



Après s’être lancés chacun de leur côté en solo, les deux acolytes ont choisi de s’enfermer pour voir si quelque chose de bon pouvait en sortir - Bon Iver style, remember "For Emma Forever Ago", la tuerie dont il a accouché dans des conditions comparables ? 
Faisant table rase du passé, The Drums livrent un album à l’ambition assumée, majestueux sans être grandiloquent. Nous avons parlé catharsis, honnêteté et (re)naissance, avec le volubile et entier Jonny Pierce. Interview sincérité.

GBHmusic : Hi Jonny ! You got back to the original line up with only you and Jacob for this new album. And I have to say this seems to make sense regarding the beautiful result ! So how did you proceed to release "Encyclopedia" ?

JP : Wow that’s a very nice thing for you to say - and we agree ! I feel like being a four piece was really nice and worked while it lasted, but things have changed over the years, and we have found ourselves in a new and exciting position. It is back to the founding members, Jacob and I and we find that is when we make our most exciting and adventurous work. It’s that whole thing where adding people to the mix can really start to dilute the art and in turn, get everyone frustrated. When our old band members left, there was a good year when we were really disillusioned and pissed off, but one day, it just clicked. This was a blessing in disguise and we were again free to get completely crazy. We didn’t have to ask anyone for approval or much less their opinion and the result is "Encyclopedia" !

GBHmusic : Even the cover of the album seems to be a strong statement, like “we tried to make space for more people, but in the end The Drums are actually just the two of us”. Or did I get that wrong ?

JP : Good eye. We wanted the album cover to be beautiful, but also tell a bit of the story of The Drums. One can spend his whole life looking for the right piece to fit the puzzle, but sometimes you gotta realize that you ARE that piece! We were complete as a twosome and, in a weird way, adding more members made us incomplete! It was a big life lesson… And that’s not to say there aren’t amazing people to work with, but we’ve always found that our best work comes from digging deeper into ourselves...

GBHmusic : This new album departs a lot from The Drums’ older sound. Do you consider it as a sort of rebirth for the band ?

JP : Well, I guess rebirth is a good word for it. We are definitely doing things and saying things that we’ve never done or said in the past. When we started out and made the "Summertime!" EP, and most of the debut album, we really had no idea that anyone would ever hear them. We are really shitty at playing our instruments and did not know how to properly record, but that was fine because as far as we knew we were gonna be the only people who would ever hear it and it was a way of releasing some creativity that really need to get out… But the opposite happened - people really took to that EP and then to the first album and before we knew it we were making Portamento and we recorded that record basically while on tour in different cities from NYC to Perth, Australia - but always in a bedroom or a hotel bathroom, and we were touring, touring, touring and finally we just crashed. It was full throttle for 3 years with no breaks and three releases. It was a lot. With Encyclopedia we were finally able to slow down. We really took our time, and learned new ways of doing things. We decided that if we were to make another album, that it would really need to be a beautiful and majestic, glimmering sort of album. We knew we wanted to do away with all the big hall reverb that we always put on anything. The sounds are much more upfront as are the vocals. Everything is pretty bare and that, we thought, was the only direction we could go. If we kept doing the same thing, dark memories would flood our studio room and we would not be able to write. 

GBHmusic : I couldn’t really put the finger on any substantial musical influence on "Encyclopedia". Do you even listen to music while recording an album ?

JP : That is hands down the biggest compliment I have ever received. I’m smiling right now because it feels like you are really paying attention. You seem to catch all the signals ! You are right ! I don’t listen to anything when I am recording and writing. It is far too easy to be influenced by the wrong things, or even the right things. When we record we look at visuals a lot, whether it’s a beautiful film or some great photographs, or sometimes it is a picture in our minds. I feel the only way to avoid this collaborative-heavy culture (which in the end I think waters everything down and rips out any identity that the band may have the possibility to build) - is to shut everything out. I guess if I had to describe the sound of Encyclopedia, it would be The Never Ending Story meets a garbage can - but in a really glorious way.

GBHmusic : Magic Mountain, the first single seems to have a real cathartic purpose. What’s the story behind that song ?

JP : That was one of the earlier tracks we recorded for the album, and at the time we had a lot of built up anger and we were feeling betrayed and attacked by the people we loved the most. It is an angry song but also a hopeful one. It speaks of a safe place that we found together to make music and feel OK, and it’s about fighting to the death to preserve this wonderful place…together.

GBHmusic : Your second album Portamento was released three years ago. In the meantime, you and Jacob both started solo projects. To what extend did they influence "Encyclopedia" ?

JP : I think we both gained a whole new skill set, or at the least were able to sharpen the tools we already were working with while making our solo work. When we finished our solo albums, we came back together and had all sorts of new ideas. Our main thing was to make each song very different from the next and that took some flexing. We thought "let's do whatever music styles we want, or even invent our own, and we will still sound like The Drums, because at the end of the day, we still don’t know what we are doing- but we do our best and that connects it all together".

GBHmusic : Some of the lyrics show a real angriness. Are you still working out family issues ?

JP : Family… it is life’s great lottery. Sometimes it works out for people, and other times it does not. I suppose I can understand how some people feel like they owe a lot to their parents, but overall, I never really understood that concept. Two people fucked and felt pleasure, and 9 months later, a baby arrives. The baby was never asked about this, but then must conform to the norm and become a slave to it’s parents! More often than not, having a child is a way for an aging person to feel validated again, or do be “born” again themselves. At the very least it is more of YOU in the world, it’s an extension of YOU and while I do understand that procreation is our greatest instinct, I can’t help but focus on the ugly side of reproduction - probably because of my experiences as a child growing up. There are really wonderful exceptions, of course, and the greatest lesson I’ve learned is that you can build your own family - just make sure you choose the right people - otherwise it’s damage on damage. Build your house slowly with people who show love and support - brick by loving brick. If you feel in your gut that someone might not be good for you - you are already right- get rid ! 


GBHmusic : Since the beginning of The Drums, you did not hesitate to be very open about being gay, which is kind of refreshing, considering that even in 2014 it’s still not that frequent among public persons. Has your honesty been more an asset or a problem in your career ? And to what extent does the new record reflect that honesty ?

JP : I really don’t know if people care or not that I am gay and I don’t know if that should even be a story ! It is the last thing I worry about for myself. I’ve been shut out by most of my family and yeah sure there is a bro-club situation happening in the indie music scene at least here in New York. All these dudes in all these bands wearing dresses and putting on lipstick for their show, but then going home to their girlfriends at night and that is fine, but a guy who puts on lipstick while on stage, and then keeps it on while he kisses his boyfriend when no one is looking often gets the cold shoulder. Guys in bands here seem to like to play with flamboyancy when the spotlight is on them, but then they go home their lives have nothing to do with that vibe. Being the new Kurt Cobain and wearing dresses seems to be a big thing right now, but the thing is Kurt actually had a message and strong opinions on many issues. He was an advocate for homosexuals - but a true advocate ! It’s hard to almost not feel insulted when I see a guy who has no gay friends throw on a wig for show - but with no real reason to do so - but maybe I shouldn’t get frustrated. Maybe it should be refreshing, but often it just seems so transparent.

GBHmusic: Jacob and you are starting the tour for the release of Encyclopedia in a few weeks. So what is your state of mind right now ?

JP : We have never been so busy in all our lives. Every waking second is filled with lots of work. We are really going for it with this new live show. Can’t wait to see you all again and this time, we aren’t playing around.

Pour nos lecteurs non anglophones, voici la version en VF !


GBHmusic : Salut Jonny ! Vous êtes revenus à la formation originale avec seulement Jacob et toi-même pour ce nouvel album. Et je dois dire que ça semble assez logique au vu du magnifique résultat ! Comment avez-vous procédé pour sortir "Encyclopedia" ?

JP : Wow c’est vraiment très sympa de ta part – et on est assez d’accord ! J’ai l’impression qu’à quatre c’était très cool et que ça fonctionnait tant que ça a duré, mais les choses ont changé au fil des années et nous nous sommes retrouvés dans une position assez nouvelle et plutôt excitante. C’est un retour aux membres fondateurs, Jacob et moi-même, et nous trouvons que c’est de cette manière que nous produisons notre travail le plus excitant et le plus aventureux. Ajouter des gens au mélange peut vraiment avoir tendance à diluer notre art et au final, frustrer tout le monde. Lorsque les anciens membres du groupe sont partis, il s’est passé une bonne année pendant laquelle nous étions vraiment désillusionnés et saoulés, mais un jour, on a eu un déclic. Ça a été un mal pour un bien et nous nous sommes à nouveau sentis libres de n’en faire qu’à notre tête. Nous n’avions besoin ni de l’approbation ni même de l’opinion de qui que ce soit et le résultat, c’est "Encyclopedia" !

GBHmusic : La couverture de l’album elle-même semble être une forme de déclaration, du genre "on a essayé de faire de la place à d’autres, mais au final, The Drums, c’est juste nous deux". Ou est-ce que je me trompe ?

JP : Bien vu. Nous voulions que la couverture de l’album soit belle, mais aussi qu’elle raconte un peu l’histoire de The Drums. On peut passer sa vie entière à chercher la bonne pièce pour compléter le puzzle, mais parfois tu dois réaliser que tu ES cette pièce ! Nous étions au complet en duo et bizarrement, le fait d’ajouter des membres nous rendait incomplets ! Ce fut une grande leçon de vie… Et je ne veux pas dire par là qu’il n’existe pas des gens incroyables avec lesquels bosser, mais nous avons toujours trouvé que notre meilleur travail venait d’une profonde introspection…

GBHmusic : Ce nouvel album est très différent des anciennes productions de The Drums. Considères-tu cela comme une sorte de renaissance pour le groupe ?

JP : Eh bien, j’imagine que "renaissance" est le bon terme. Nous faisons et disons des choses que nous n’avions jamais faites ou dites par le passé. Lorsque nous avons commencé et réalisé l’EP "Summertime!", et la plupart du premier album, nous ne pensions vraiment pas que quiconque allait les écouter. Nous jouions n’importe comment de nos instruments et ne savions pas non plus comment enregistrer correctement, mais ce n’était pas grave car pour autant que nous sachions à l’époque, nous pensions être les seuls à écouter le résultat. C’était une manière d’exprimer un pan de notre créativité qui avait besoin de sortir… Mais c’est le contraire qui s’est produit – les gens ont vraiment aimé cet EP et ensuite le premier album et en un rien de temps, nous avons réalisé "Portamento" et enregistré ce disque essentiellement alors que nous étions en tournée dans des villes différentes, de NYC à Perth en Australie – mais toujours dans une chambre ou une salle de bain d’hôtel, et nous tournions, tournions, tournions, pour finir par nous écraser. Nous avons fonctionné à plein régime pendant trois ans, sans pause et avec trois sorties d’album. Avec "Encyclopedia", nous avons finalement été capables de ralentir. Nous avons vraiment pris notre temps et avons appris de nouvelles manières de faire les choses. Nous avons décidé que si nous devions faire un autre album, il devrait être vraiment beau et majestueux, un album chatoyant en quelque sorte. Nous savions que nous voulions éviter la grosse réverb de type Hall que nous mettions partout. Les sonorités sont plus mises en avant que les chants. Tout cela est assez nu et nous nous sommes dit que c’était la seule direction à prendre. Que si nous continuions à faire la même chose, de sombres souvenirs allaient envahir le studio et que ne serions pas capables d’écrire.

GBHmusic : Je n’ai pas vraiment réussi à mettre le doigt sur une influence musicale majeure sur "Encyclopedia". Est-ce qu’il t’arrive d’écouter de la musique quand tu enregistres un album ?

JP : C’est de loin le plus beau compliment que j’ai jamais reçu. Je souris en ce moment-même car j’ai le sentiment que tu as vraiment prêté de l’attention à l’album. Tu sembles avoir capté tous les signaux ! Et tu as raison! Je n’écoute jamais rien quand j’enregistre et quand j’écris. Il est trop facile d’être influencé par de mauvaises choses, ou même par les bonnes. Lorsque nous enregistrons, nous regardons beaucoup de supports visuels, que ce soit un beau film ou de superbes photographies, ou parfois même, il s’agit juste d’une image dans nos esprits. J’ai le sentiment que le seul moyen d’éviter cette culture de la collaboration (qui au final a tendance selon moi à tout diluer et met en pièces toute identité que le groupe aurait la possibilité de construire) est de couper les ponts. Je pense que si je devais décrire le son d’"Encyclopedia", ce serait un croisement entre "L’histoire sans fin" et une poubelle – mais dans un sens vraiment glorieux.

GBHmusic : "Magic Mountain"le premier single semble avoir un vrai but cathartique. Quelle est l’histoire de cette chanson ?

JP : C’est l’un des premiers titres que nous avons enregistré pour l’album et à cette époque, nous avions beaucoup de colère en nous. Nous nous sentions trahis et attaqués par les gens que nous aimions le plus. C’est une chanson furieuse, mais également pleine d’espoir. Elle parle d’un endroit sûr que nous avons trouvé ensemble pour faire de la musique et nous sentir bien. C’est aussi à propos de lutter jusqu’à la mort pour préserver cet endroit merveilleux … ensemble.

GBHmusic : Votre deuxième album "Portamento" est sorti il y a trois ans. Pendant ce temps, Jacob et toi avez tous les deux commencé des projets solo. En quoi ceux-ci ont-ils influencé "Encyclopedia" ?

JP : Je pense que pendant nos escapades en solo, nous avons tous les deux acquis de nouvelles compétences, ou du moins nous avons été capable d’aiguiser les outils avec lesquels nous travaillions déjà. Lorsque nous avons fini nos albums solo, nous nous sommes retrouvés et nous avions toutes sortes de nouvelles idée, la principale étant de rendre chaque chanson très différente de la suivante et ça a demandé un peu de flexibilité. On s’est dit : "Faisons n’importe quel style de musique que nous voulons, ou même inventons notre propre style, et nous sonnerons toujours comme The Drums, car au final, nous ne savons toujours pas ce que nous faisons – mais nous faisons de notre mieux et c’est ça qui relie l’ensemble".

GBHmusic : Certaines paroles font état d’une vraie colère. Tu règles encore des problèmes familiaux ?

JP : La famille… c’est la grande loterie de la vie. Parfois ça fonctionne pour les gens, et d’autres fois non. Je suppose que je peux comprendre maintenant comment certaines personnes se sentent redevables à leurs parents, mais dans l’ensemble, je n’ai jamais vraiment compris ce concept. Deux personnes baisent et ressentent du plaisir, et 9 mois plus tard, un bébé arrive. On n’a jamais demandé au bébé son avis, mais il doit ensuite se conformer à la norme et devenir l’esclave de ses parents ! Le plus souvent, avoir un enfant est un moyen pour une personne qui vieillit de se sentir à nouveau validée, ou de "naître" elle-même à nouveau. A tout le moins, il y a plus de TOI dans le monde, c’est une extension de TOI et même si je comprends que cette procréation est notre plus grand instinct, je ne peux m’empêcher de mettre l’accent sur le côté glauque de la reproduction – probablement en raison de mes propres expériences durant mon enfance. Il existe de merveilleuses exceptions bien sûr, et la plus grande leçon que j’ai apprise, c’est qu’il est possible de construire sa propre famille – il faut juste s’assurer de choisir les bonnes personnes – sinon c’est bonjour les dégâts. Construis ton foyer lentement avec des gens qui te témoignent de l’amour et du soutien – pierre par pierre aimante. Si tu sens dans tes tripes que quelqu’un ne te convient pas – tu as déjà raison – alors il faut t’en débarrasser! 

GBHmusic : Depuis le début de The Drums, tu n’as pas hésité à être très ouvert sur le fait que tu étais gay, ce qui est plutôt rafraîchissant, étant donné que même en 2014 ce n’est toujours pas si fréquent parmi les personnalités publiques. Ton honnêteté a-t-elle plus été un atout ou un problème pour ta carrière ?

JP : Je ne sais vraiment pas si les gens se soucient que je sois gay et je ne sais pas si on doit en faire toute une histoire ! C’est bien la dernière chose dont je me préoccupe. La plupart de gens de ma famille ont coupé les ponts avec moi. Alors oui bien sûr il y a une certaine camaraderie à cet égard dans la scène indé, au moins ici à New York. Tous ces mecs dans tous ces groupes qui portent des robes et mettent du rouge à lèvre pour leur concert, mais qui rentrent chez leurs copines le soir et c’est cool, mais un type qui met du rouge quand il est sur scène et le garde quand il embrasse son mec quand personne ne regarde est souvent traité avec froideur. Les garçons dans les groupes ici ont l’air d’aimer jouer avec une certaine extravagance quand les projecteurs sont braqués sur eux, mais quand ils rentrent chez eux, leurs vies n’ont rien à voir avec ça. Etre le nouveau Kurt Cobain et porter des robes semble être à la mode en ce moment, mais le truc c’est que Kurt lui avait un vrai message et de fortes opinions sur plusieurs sujets. C’était un défenseur de la cause homosexuelle – mais un vrai défenseur ! C’est difficile de ne pas se sentir presque insulté quand je vois un mec qui n’a aucun ami gay mettre une perruque pour un concert – sans réelle raison de le faire – mais peut-être que je ne devrais pas m’agacer. Peut-être que ça devrait être rafraîchissant mais souvent ça semble juste transparent.

GBHmusic : Jacob et toi commencez la tournée pour la sortie d’ "Encyclopedia" dans quelques semaines. Quel est votre état d’esprit en ce moment ?

JP : On n’a jamais été aussi occupés de nos vies. Chaque seconde éveillée est consacrée au travail. On va vraiment foncer avec le nouveau live. J’ai hâte de vous revoir tous et cette fois, ça va être du sérieux. 

MAUD

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire