Les Caméléons Brothers : Au-dessus c'est le soleil

 



Parmi le flot de découvertes plus ou moins intéressantes réalisées sur le web durant ces derniers mois, certaines ont retenu notre attention car atypiques et suscitant leur lot d’interrogations. 
Ainsi, on tente actuellement de percer le mystère des Caméléons Brothers, un duo dont les vidéos nous fascinent car, pour parler crûment, on ne sait si c’est du lard ou du cochon. 
Un mélange de clips, de coups de gueule et de pépites… de beaucoup de pépites. 
Du visionnage des vidéos de Fred et Christopher, il résulte différentes grilles de lecture : du premier, du second voire du troisième degré. 
Mais après tout qu’importe l’interprétation que l’on en fait, dès lors que l’on y trouve une forme de poésie, d’humour, de talent (on sera tous d’accord pour le reconnaître) et de sincérité. 
Il faut donc saluer cette prouesse qui consiste à fédérer un public aussi hétéroclite que les pièces constituant une robe Desigual. 

On débute avec ce qui aurait pu/dû être le tube de notre premier confinement : "Tous besoin d’amour". Dans une mise en scène digne des plus grands et un déluge d’effets spéciaux, nos deux gaillards arpentent les rues de Paris en brandissant des drapeaux bleu blanc rouge, avant de se retrouver casquettes à l’envers dans leur home studio et d’entonner le refrain de tout un peuple. 
Les fans d’ailleurs ne s’y trompent pas et il suffit de lire leurs commentaires empreints d’émotion pour mesurer l’impact des Caméléons Brothers sur la culture urbaine.
   

On poursuit avec un instant confession poignant : celui révélant le scandaleux plagiat par Amel Bent d’un titre que Fred avait composé bien avant la sortie de "Ne retiens pas tes larmes", et intitulé "Pleure". Lorsque Fred entonne celui-ci –à la 13ème minute de la vidéo-, on ne peut que constater la troublante ressemblance et partager avec lui ce sentiment profond d’injustice. 
On espère donc que "Pleure" sortira prochainement (accompagné un clip revanchard) pour rétablir la vérité et qu’il dépassera le nombre de vues/d’écoutes de la désormais cancelled chanson d’Amel Bent.
   

On termine avec un hommage, et quel hommage. Un texte qui devrait être étudié dans chaque école, véritable hymne à la liberté "dédié aux victimes des attentats en France". 
Les Caméléons Brothers reprennent le thème des "Jeux Interdits" et y posent leurs mots, tout en subtilité et avec la justesse qui les caractérise. Difficile de ne pas être ému face aux images qui défilent et aux harmonies vocales qui s’enchainent.
    

On vous laisse découvrir les autres vidéos du duo, qui n’hésite pas à mettre son talent d’écriture au service d’autres artistes telles Raphaëlle Kaur ou Sandrine Devillard (aperçue il y a quelques années dans une émission culturelle), permettant ainsi à leurs carrières de s’envoler.

THOMAS

Aucun commentaire:

Publier un commentaire