LEYA : "Flood Dream" (streaming)


Une fois n’est pas coutume on ne parlera pas ici de notre dernière découverte indie-rock ni de la nouvelle sensation post-punk, mais d’un projet assez inclassable nommé LEYA.

Tout commence par une rencontre entre Marilu Donovan et Adam Markiewicz (respectivement harpiste et violoniste) dans le Brooklyn interlope qu’ils se plaisent à fréquenter.
Loin des standards que l’on peut imaginer pour deux musiciens issus du Classique, Marilu et Adam expérimentent et n’hésitent pas à jouer la carte de la dissonance, créant ainsi une enveloppe sonore difficilement pénétrable, mais qui une fois apprivoisée révèle toute sa beauté.

Telle une araignée, LEYA tisse lentement sa toile pour mieux nous prendre et nous perdre dans les méandres de son incroyable complexité : la légèreté se mue en angoisse, l'angoisse en sérénité, et l'incompréhension en révélation.
Un lâcher-prise indispensable pour profiter pleinement du voyage, c'est exactement les préconisations faites par le duo qui souhaite que chacun vive sa propre expérience en musique. 

"Flood Dream" est le digne successeur de l’album sorti en 2018 "The Fool", qui posait déjà les bases de ce curieux mélange entre l’ancien et le moderne. Pour l’anecdote, le duo a entre temps été invité à composer la bande-son d’un film un peu particulier puisque destiné… à PornHub.


THOMAS

Aucun commentaire:

Publier un commentaire