La Magnifique Society : du 16 au 21 mai 2017 à reims (présentation)


Elektricity est mort, vive la Magnifique Society !
Le dernier rejeton des festivals de musiques actuelles français est né sous les meilleurs auspices, avec pour marraines la Cartonnerie de Reims + Césaré (Centre National de Création Musicale) et pour berceau le Parc de Champagne, conditions rêvées pour débuter un nouveau conte de fées.

Après trois jours d’avant-garde urbaine entre concerts, installations et performances, place au chapitre musico-bucolique dès demain avec happy end prévu dimanche à minuit pour les cendrillons du son.
Au programme, des ogres de l’électro, des princes de la pop ou du hip-hop et même une demoiselle loin d’être en détresse, échappée de son château carolo.
Selecta totalement partiale et partielle des sept (oui, comme les nains au cas où le champ lexical de l’article vous aurait échappé) concerts à ne pas rater :

Thee Oh Sees

La référence garage absolue = le pogo d’une vie, on vous le garantit.



Sleaford Mods

Straight to the punk, qui grâce au duo d’Albion est en effet loin d’être dead.



Parcels

Parce que le groove de "My Enemy" est imparable et que la pop funky des germano-australiens vous restera en tête des heures après la fin de leur concert.



Group Doueh & Cheveu

La rencontre musicale totalement improbable mais fabuleusement réussie entre les foufous français et le combo saharien, qui ensemble transcendent leurs univers musicaux pour mieux les sublimer.



Show Me The Body

Entre hip-hop et hardcore, pour ceux qui un jour ont rêvé d’une fusion Beastie Boys / RATM dépoussiérée.



Puzupuzu

Parce qu’heureusement inspiration ivoirienne ne veut pas forcément dire Magic System, le Rémois d’adoption qui nous suivons depuis un moment avec admiration vous fera danser en décalé.



Fishbach

Inutile de la présenter au vu de sa présence ininterrompue dans nos colonnes numériques, mais on n’est pas (encore) prêt de s’en lasser…



Sinon toutes les infos et la billetterie sont par ici !

MAUD

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire