Crocodiles : the thick-skinned shoegazers (Interview VO/VF)


Le duo californien Crocodiles sort aujourd'hui même son nouvel album intitulé "Dreamless" qui, contrairement à ce que son titre peut laisser croire, envoie du rêve.
Alliance parfaite entre un shoegaze façon 80's et un rock alternatif plutôt envoûtant, son enregistrement a été bouclé en 6 semaines dans la belle ville de Mexico City.
De passage à la Mécanique Ondulatoire, Brandon et Charles nous ont accordé quelques instants pour parler de leur nouvel opus, de leurs engagements, de Jean Genet mais aussi de Trump et de vomi...

GBHM: Your sixth album, "Dreamless", is out on 21st October. What should we expect ?

Brandon Welchez: Sonically, it’s not as loud and there are fewer crazy guitars. We used a lot of pianos and synths, and when we used guitars, we tried to disguise and make them less distorted.

GBHM: Was writing and recording the album different to your previous approach then ?

BW: The writing process was pretty similar. We knew we wanted to do something a bit different for us. We started recording the week after David Bowie died. We are big fans like everyone else. We didn’t think, let’s rip him off but let’s get into that mind-set where he was always challenging himself and changing.

GBHM: How did Bowie’s death influence how you recorded the album ?

BW: It definitely made us braver about our decision-making in the studio. On a practical level, Bowie did a lot of cool process drum sounds on "Low". We tried to apply the way Tony Visconti (the producer on "Low") handled drums. I cried for two days (when he died) (laughs). I was taking a piss and someone texted me saying, "the king is dead" and I thought, "what the fuck are you talking about ?"



(Charles Rowell arrives)

GBHM: This is the second album you’ve recorded with Martin Thulin (producer) in Mexico City. Why did you choose to record with him there again ?

BW: We played a show there in 2014 and we have a lot of friends there. After the show we stayed for ten days on vacation.

Charles Rowell: Man-cation ! (laughs).

BW: Man-cation, as we called it ! We were staying at our friends, and he put on this record and it had really interesting production. It turned out to be Martin’s solo record. We started talking to him by email after the vacation. He loves everything and that’s the kind of person we want to work with. We recorded the first one (fifth album, "Boys") with him and it went great. We have a different relationship with him than we’ve had with any other producer. He’s one of our closest friends now.

GBHM: The past two years have been difficult for you as a band. Can you tell us about that ?

BW: We got dropped by our label when we recorded our last album "Boys". We’re friends with a lot of people that run labels, it’s a business, which I understand. We’ve never sold tons and tons of records. I have my own label but it’s very small. I’ve never been able to run the same operation that the band have had because it costs a lot of money. That was difficult but in retrospect, it was liberating. Some break ups happened, a friend died too. I guess we felt a little, I don’t want to say hopeless but down.

GBHM: Earlier on in your career you collaborated with Dum Dum Girls, Dan Treacy and released a split 7 inch with Wavves. If you could collaborate with anyone, who would it be ?

BW: For me, dub producers like Prince Jammy or Mad Professor. That would be cool.

CR: Suicide too, which is sad now (after the death of Alan Vega). They were always our true influence.

GBHM: In 2010, you released the song "Kill Joe Arpaio". Why did you write that song ?

BW: Like in the UK and France, there’s a huge anti-immigrant sentiment, which we completely disagree with. Joe Arpaio was like a poster-boy for it. He calls himself "America’s toughest sheriff". The guy’s a zealot, a barbarian. Instead of having normal jails, he chooses to have his jails as tents in the desert. The desert in Arizona is deadly. Furthermore, he’s pretty corrupt and he’s being investigated by the Department of Justice for a few things. One of them being prostitutes reporting rapes, which weren’t being invested, and that’s his job. Just because someone is a sex worker doesn’t mean you get to ignore a crime perpetrated on them. There’s racial profiling too. He tries to get away with it because his wife is Latin American. But that doesn’t mean shit. He might go to jail. I hope he goes to jail and I hope he dies in jail.

CR: At the time we wanted to do that (make the song). And it was great because he responded too.

BW: He said that we should get arrested for inciting violence against public officials!



GBHM: With the Presidential Election this year, did you think about writing more political songs ?

BW: There’s a bit of politics on this new record. We’ve always dabbled in a bit of it.

CR: When we met we were more politically active.

BW: We’re both politically minded. I don’t feel like I write the most poetic stuff politically, like Joe Strummer did.

GBHM: What do you think about the election ?

BW: It’s a complete shit show. There’s no real good choice. You have an overt piece of shit and a covert piece of shit. Obviously Donald Trump is the bigger evil of the two. For my standpoint, it’s about voting against him. That’s what I’m going to do, but I’m going to have to hold my nose, and hold my vomit when I vote for Hilary.

GBHM: On Facebook you wrote, "Tonight, we perform in our favourite city". What do you like so much about Paris ?

CR: It’s always been a fun city to play. We’ve always had really good shows here.

BW: It was one of the first big cities that supported us.

CR: And supported us in a very loving way. It’s a very romantic city.

BW: We’re both huge fans of French artistic culture too, especially literary culture. So it just feels good, even if it’s not Jean Genet in the front row at the shows, to be accepted in a city that has inspired us.

Pour nos lecteurs non anglophones, voici la version en VF


GBHM: Votre sixième album, "Dreamless", sort le 21 octobre. A quoi peut-on s'attendre ?

Brandon Welchez: Il est moins bruyant et il y a moins de guitares délirantes. On a utilisé beaucoup de pianos et de synthés, et quand on ajoutait de la guitare, on essayait de la cacher et de lui donner un son moins déformé.

GBHM: Le processus d’écriture et d’enregistrement de l’album a-t-il été différent par rapport aux précédents ?

BW: On a écrit les chansons de la même manière qu’avant. On savait déjà qu’on avait envie de faire quelque chose d’un peu différent. On a commencé à enregistrer l’album la semaine après la mort de David Bowie. On est des gros fans comme tout le monde. On ne pensait pas à le plagier mais à suivre le même état d’esprit. Il était toujours en train de se remettre en question et de changer.

GBHM: De quelle manière le décès de Bowie vous a-t-il influencé ?

BW: On était plus courageux sur nos prises de décision dans le studio. En pratique, Bowie a fait beaucoup de sons cool de batterie sur "Low". On a essayé d’appliquer la méthode de Tony Visconti (le producteur de "Low") en manipulant le son de la batterie. J’ai pleuré pendant deux jours (quand il est mort) (rires). J’étais en train de pisser et quelqu’un m’a envoyé un texto en disant : "le roi est mort" et je me suis dit : "de quoi tu parles ?"

(NDLR: Charles Rowell arrive)

GBHM: C’est le deuxième album que vous avez enregistré avec Martin Thulin (producteur) à Mexico. Pourquoi avez-vous choisi de le faire là-bas ?

BW: On y était en concert en 2014 et on a beaucoup d’amis là-bas. Après le concert, on est restés pendant les vacances.

Charles Rowell: Man-cation (NDLR: on pourrait traduire cela par "Mec-cances", des vacances entre mecs) (rires).

BW: Man-cation comme on les a appelées ! On est resté chez notre ami et il a mis cet album qui avait une production vraiment intéressante. Il s’est avéré être l’album solo de Martin. On a commencé à parler avec lui par mail après ces vacances. Il aime tout et c’est le genre de personne avec qui on veut travailler. On a enregistré le premier (NDLR: leur cinquième album, "Boys") avec lui et ça s’est bien passé. Notre relation avec lui est complètement différente de celle qu’on peut avoir avec les autres producteurs. C’est un de nos meilleurs amis maintenant.

GBHM: Les derniers deux ans ont été difficiles pour le groupe. Vous pouvez nous raconter pourquoi ?

BW: On a été abandonnés par notre label quand on a enregistré notre dernier album "Boys". On a beaucoup d’amis qui gèrent des labels, c’est une entreprise et je comprends. On n’a jamais vendu des tonnes de disques. J’ai mon propre label mais il est très petit. Je n'ai jamais eu les moyens de mettre en place le même accompagnement dont le groupe bénéficiait avant, car ça coûte trop cher. C’était une période difficile mais libératrice en même temps. Il y a eu des ruptures, un ami est décédé. Je suppose qu’on s’est sentis, je ne veux pas dire sans espoir, mais déprimés.

GBHM: Plus tôt dans votre carrière, vous avez collaboré avec Dum Dum Girls, Dan Treacy et vous avez sorti un vinyle avec Wavves. Avec qui est-ce que vous aimeriez réaliser vos prochains featurings ?

BW: Des producteurs dub comme Prince Jammy ou Mad Professor. Ça serait cool.

CRSuicide aussi, qui est triste maintenant (après la mort d’Alan Vega). Ce groupe a toujours été une influence.

GBHM: En 2010, vous sortiez le morceau "Kill Joe Arpaio". Pourquoi avez-vous écrit ce morceau ?

BW: Comme au Royaume-Uni et en France, il y a un sentiment anti-immigration, c’est quelque chose avec lequel on est en désaccord. Joe Arpaio en est le symbole. Il se surnomme "le shérif américain le plus dur". Ce mec est un fanatique, un barbare. Au lieu d’avoir des taules normales, il choisit de mettre ses taules dans le désert. Le désert en Arizona est mortel. En plus, il est corrompu et il fait l’objet d’une enquête par le Département de la Justice des Etats-Unis pour plusieurs motifs, dont le manque d’enquêtes des viols contre les prostituées. Le fait que quelqu’un soit un travailleur du sexe n’est pas une raison pour ignorer un tel délit. En plus, il y a le profilage racial. Il essaie de s’en sortir en toute impunité parce que sa femme vient d’Amérique Latine. Mais ça veut rien dire. Il ira peut-être en prison. J’espère qu’il ira en prison et qu’il mourra là bas.

CR: C’était un moment où on voulait faire ça, composer un morceau. Ce qui était super c’est qu’il a répondu.

BW: Il a dit qu’on devrait être arrêtés pour incitation à la violence contre un officiel.

GBHM: Il y a l’élection présidentielle aux Etats-Unis cette année, vous allez continuer à écrire des chansons politiques ?

BW: Il y a des chansons qui sont engagées dans le nouvel album. On hésite toujours un peu à faire ça.

CR: Quand on s’est rencontrés, on était plus engagés.

BW: On est tous les deux politisés. Mais quand j’écris sur la politique, ça n’a rien de très poétique, un peu comme ce que faisait Joe Strummer.

GBHM: Que pensez-vous de cette élection ?

BW: C’est vraiment de la merde. Il n’y a aucun bon choix. Il y a un connard ouvert et un connard secret. Évidemment Donald Trump est le pire choix. A mon avis, le but c’est de voter contre lui. Je ferai ça mais il faudra que je pince mon nez et que je retienne mon vomi lorsque je voterai pour Hilary.

GBHM: Vous avez écrit "Ce soir, on va jouer notre ville préférée" sur Facebook. Pourquoi aimez-vous tant Paris ?

CR: C’est vraiment une ville dans laquelle on aime jouer. Nos concerts se déroulent toujours super bien ici.

BW: C’est une des 1ères grandes villes qui nous a soutenus.

CR: Et nous a soutenus avec beaucoup d’affection. C’est une ville très romantique

BW: On est des gros fans de la culture artistique française, particulièrement de la littérature. C’est bien d’être accepté dans une ville qui t’inspire, même si Jean Genet n’est pas au premier rang.

PROPOS RECUEILLIS, RETRANSCRITS ET TRADUITS PAR MIKE WINNINGTON

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire