Oscar & The Wolf : Loup-Garou fragile (Interview VO/VF)


Le festival Fnac Live, ce n’est pas seulement l’occasion d’assister à des concerts incroyables ET gratuits mêlant découvertes et artistes confirmés (mention spéciale et toute personnelle à Django Django, Fuzeta, Jeanne Added, Ala.Ni et Dominique A) sur le parvis de l’Hôtel de Ville, mais apparemment aussi cette année de faire des selfies avec François H. à l’espace VIP. La soirée étant déjà bien avancée au moment de l’arrivée du Président, on a d’abord cru à une hallucination collective due aux effluves d’alcool, avant de se rendre à l’évidence : ça y est, Christine & The Queens a bel et bien conquis TOUTE la Nation, ayant des fans jusque dans les plus hautes sphères du pouvoir…

Dès le mercredi soir, le ton était donné : entre ArKadin, dernier projet en français du chanteur des formidables Coming Soon, le nouveau prince de la soul Curtis Harding et le set grandiose de Rone, les festivités furent brillamment lancées.

Mais mon highlight tout personnel fut de pouvoir m’entretenir avec le merveilleux Max Colombie, le mastermind derrière Oscar & The Wolf.



Après la sortie d’un premier album acclamé (Entity, sorti l’année dernière), lequel suivait 2 EPs (Imagine Mountains et Summer Skin) tout aussi fantastiques, le belge a explosé et n’a pas usurpé sa réputation de bête (hahaha, hohoho) de scène, comme le public parisien a pu s’en apercevoir lors de sa performance à Fnac Live, terminée en apothéose avec le fabuleux titre "Strange entity" devant une foule gigotant dans tous les sens, ce qui au vu des 38° degrés à l’ombre (et 72° ressentis au soleil) est un petit exploit.

L’artiste, gros fan de Léa Seydoux comme il me le confiait en début d’interview, commença par m’interroger sur la haine tenace des français à l’encontre des actrices du cru ayant du succès à l’étranger (coucou Marion Cotillard), puis me proposa de partager sa bouteille de soda ricain noir à la recette secrète. La température ambiante (voir point météo ci-dessus) et l’ouverture programmée seulement une heure plus tard du bar VIP auront eu raison de mes réticences à ingurgiter cette boisson honnie.

Le garçon s’avère donc très prévenant et j’en ai profité pour discuter avec lui vampires, schizophrénie et Nick Cave (étant la première à l’interviewer ce jour-là, lorsqu’il a prononcé le nom de l’Australien, c’est moi qui lui ai appris l’affreux décès accidentel du fils de celui-ci intervenu la veille. Plombage d’ambiance du jour, bonjour).




GBHM : So you composed your first album "Entity" alone which seems to be a rule in your work. Who could make you break this rule ? I mean, who would you like to collaborate with ?

O : I think it would have to be a film director. Someone like Harmony Korine.

GBHM : And not another musician ? A singer or a composer ?

O : No. Because I love to work on music all by myself. But I would love to write a movie soundtrack.

GBHM : Alright. For what kind of movie ? Or maybe for a TV show ?

O : I would have loved to have written music for "True Blood".

GBHM : You’re a vampire fan ?

O : Totally ! I would have loved to have written music also for "Six Feet Under". But I haven’t seen the last episode yet because I don’t dare.

GBHM : How so ?

O : Five years ago, I watched the entire show, I loved it, but I never dared to watch the last one because I would have had to say goodbye to the characters. To come back to your question, I would have loved to have written the soundtrack for "Only lovers left alive".

GBHM : Kind of a challenge, this movie soundtrack is awesome.

O : Like this girl singing [he hums a song, ed. note]

GBHM : You mean Yasmin Hamdan, the scene in the coffee shop ?

O : Exactly, she’s so good! So what I do now is taking a scene from a movie, cutting it, deleting the sound and writing music on it. Most of the time I do that in slow motion.

GBHM : Would you be interested in making your one movie ? Not only the soundtrack but also the story going with it ?

O : I could never make my own movie. This medium is quite hard because you have so much to prepare and actually when your idea comes up, you can only start filming maybe two years later. That’s really frustrating because it takes too long. I prefer a quick work.



GBHM : Coming back to the fact that you are composing alone, despite this it seems to me that they are many of you in your head, I am right ? I mean Oscar, the Wolf, maybe others ?

O : (laughs) Yeah, you’re totally right. The "Oscar & the Wolf" project is about finding the balance between light and darkness or night and day or sadness and happiness. I can be sad about something but try to find some beauty in it. That makes me feel alive. Always this contrast that needs to be balanced. Like for exam-ple missing someone can be actually quite a relief. You know what I mean ?

GBHM : I think so. It’s a dual feeling. It hurts to miss a person but at the same time it also means that you love this person very much.

O : Yeah exactly. And by that it also means that you are capable of feeling a lot of different and intense things. I don’t like to be on a grey zone.

GBHM : It’s either black or white ?

O : Yeah. And actually I’m always aching to become really dark or really bright but at the same time I really desire to have some rest also sometimes. Like I wish I was "normal" and did not have to stress about anything.

GBHM : You speak of being normal but now you are a public figure. You’ve been a lot on tour continuing to the end of the year, you received prices in Belgium. What did your success change in your life ?

O : The dark side is not being able to go on holiday whenever I want because we booked some shows. And mostly in Belgium, going on the street and people coming to talk to me or even taking pictures while I’m eating with my friends is sometimes a bit scary. I would never do that to artists I love. But the dark sides are not that dark.

GBHM : What’s coming next ? What are your projects ?

O : I have to start writing actually. I have the feeling that it’s coming back a little bit, but I was too tired in the past year until now to be able to create. I’m gonna do some collaborations with a classical music director who worked on an opera with Nick Cave in order to create classical variations of pop songs.

GBHM : Regarding your next projects, what is inspiring you: specific places ? People around you ? Your new experiences ? I mean, you went through a lot in the past.

O : Exactly, you’ve done good research because obviously the first album has been written on heartbreak but now I’m discovering new ways of creating music. I’d like to combine a lot of different cultures like Arabic or Latin-American culture, ancient Greece and traditional singing, a little bit of rock beats. I don’t know how I’m gonna combine everything but I always want to extend what I already know. Always doing the same thing is not really interesting.

GBHM : How could you describe your previous work to someone who never listened to it ? Or are you one of those artists hating being put in a box ?

O : I think it is normal to have references for music because we only have the language to describe it and language is quite poor to express the feelings, the emotions brought by music. So it’s kind of normal to put names on it. It’s like the word « love ». It is such a big term for most people but love is also something you cannot put in a box. I think in this digital area people start to listen to always more sound and discover new artists and they need references. But sometimes on iTunes the categories are so weird! I don’t even know what they wrote next to the album…

GBHM : Me neither. I have a last small and weird "Belgian" question that has nothing to do with music: I went to the Cologne pride recently and my friend and I found this on the highway in Belgium. Have you ever tasted it ?


O : I’ve never seen that in my entire life. But from what I understand, it seems to be meatballs. Probably not really good ones, but I‘ve never tried it. Belgium keeps on surprising me!

Pour nos lecteurs non anglophones, voici la version en VF


GBHM : Tu as composé ton premier album "Entity" seul, ce qui semble être une règle dans ton travail. Qui pourrais-tu te faire casser cette règle ? Je veux dire, avec qui aimerais-tu collaborer ?

O : Je pense que ça devrait être un réalisateur. Quelqu’un comme Harmony Korine.

GBHM : Et pas un autre musicien ? Un chanteur ou un compositeur ?

O : Non, parce que j’adore travailler seul sur ma musique. Mais j’adorerais écrite une musique de film.

GBHM : Ah ok. Pour quel genre de film ? Ou peut-être pour une série ?

O : J’aurais adoré écrire pour la série "True Blood".

GBHM : T’es fan de vampires ?

O : Carrément ! J’aurais aussi aimé écrire la musique de "Six Feet Under". Mais je n’ai pas encore vu le dernier épisode parce que je n’ose pas.

GBHM : Comment ça ?

O : Il y a cinq ans, j’ai regardé la série en entier, je l’ai adorée mais je n’ai jamais osé regarder le dernier épisode parce que j’aurais dû dire au revoir aux personnages. Mais pour revenir à ta question, j’aurais adoré écrire le BO de "Only lovers left alive".

GBHM : Sacré challenge, cette BO est géniale.

O : Comme cette fille qui chante [il fredonne un air, NDLR]

GBHM : Tu veux dire Yasmin Hamdan, la scène du café ?

O : Exactement ! Elle est tellement bonne ! Du coup ce que je fais en ce moment, c’est prendre une scène d’un film, la couper, enlever le son et écrire une musique dessus. La plupart du temps je le fais en slow motion.

GBHM : Du coup ça t’intéresserait de réaliser ton propre film ? Pas seulement la BO mais aussi le scénario qui va avec ?

O : Je ne pourrais jamais faire mon propre film. Ce média est assez dur car tu dois préparer tellement de choses et en fait quand ton idée te vient, tu dois attendre parfois deux ans avant de commencer le tournage. C’est vraiment frustrant parce que ça prend trop de temps. Je préfère un travail rapide.

GBHM : Pour en revenir au fait que tu composes seul, il me semble malgré tout qu’ils sont plusieurs dans ta tête, je me trompe ? Je veux dire Oscar, le loup, peut-être d’autres ?

O : (se marre) Ouais, tu as parfaitement raison. Le projet "Oscar & the Wolf" a pour but de trouver un équilibre entre la lumière et l’obscurité ou la nuit et le jour ou la tristesse et la joie. Si quelque chose me rend triste, je peux essayer d’y trouver de la beauté. C’est ça qui me fait me sentir vivant. Toujours ce contraste qui a besoin d’être équilibré. Par exemple, quand quelqu’un te manque, ça peut aussi être un soulagement. Tu vois ce que je veux dire ?

GBHM : Je crois que oui. C’est un sentiment dual. Ça fait mal quand une personne te manque mais en même temps ça veut dire aussi que tu aimes beaucoup cette personne.

O : Ouais exactement. Et ça veut également dire que tu es capable de ressentir beaucoup de choses différentes et intenses. Je n’aime pas les zones de gris.

GBHM : C’est donc noir ou blanc ?

O : Oui. Et en réalité je me donne du mal pour devenir vraiment sombre ou vraiment lumineux mais en même temps j’ai vraiment envie de me reposer un peu parfois. J’aimerais être "normal" et ne pas stresser à propos de tout et n’importe quoi.

GBHM : Tu parles d’être normal mais à présent tu es un personnage public. Tu as beaucoup tourné et tu continues jusqu’à la fin de l’année, tu as reçu des prix en Belgique. Qu’est-ce que le succès a changé dans ta vie ?

O : Le mauvais côté c’est de ne pas pouvoir partir en vacances quand j’en ai envie parce que j’ai des engagements pour des concerts. Et surtout en Belgique, le fait que des gens viennent me parler ou prennent des photos quand je suis dans la rue ou en train de manger avec mes potes, c’est parfois un peu flippant. Je ne ferais jamais ça à des artistes que j’aime. Mais les mauvais côtés ne sont pas si sombres.

GBHM : C’est quoi la suite ? Quels sont tes projets ?

O : En fait je dois recommencer à écrire. J’ai le sentiment que ça revient un peu mais j’étais tellement fatigué entre l’année dernière et aujourd’hui pour être capable de créer quoi que ce soit. Je vais collaborer avec un chef d’orchestre qui a travaillé sur un opéra avec Nick Cave pour créer des variations classique de pop songs.

GBHM : A propos de tes nouveaux projets, qu’est-ce qui t’inspire : des lieux spécifiques ? Les gens autour de toi ? Tes nouvelles expériences ? Je veux dire, tu as traversé pas mal de choses dans le passé.

O : Exactement, tu as fait de bonnes recherches parce que évidemment le premier album s’inspire d’une rupture et à présent je suis en train de découvrir de nouvelles façons de créer ma musique. J’aimerais combiner beaucoup de cultures différentes comme les cultures arabes ou latino-américaines, la Grèce ancienne et le chant traditionnel, un peu de sons rock. Je ne sais pas comment je vais m’y prendre pour combiner le tout mais j’ai toujours envie d’étendre ce que je connais déjà. Faire toujours la même chose, ce n’est pas vraiment intéressant.

GBHM : Comment tu décrirais ton travail précédent à quelqu’un ne l’ayant jamais écouté ? Ou fais-tu partie de ces artistes qui détestent qu’on les confine à une catégorie ?

O : Je pense que c’est normal d’avoir des références en musique parce que nous ne possédons que le langage pour la décrire et que le langage est plutôt pauvre pour exprimer les sentiments, les émotions apportés par la musique. Donc c’est un peu normal de mettre des noms dessus. C’est comment avec le mot "amour". C’est un terme qui regroupe tellement de choses pour la plupart des gens mais l’amour est aussi quelque chose que tu ne peux pas confiner à une catégorie. Je pense que dans cette ère numérique, les gens écoute de plus en plus de sons et découvrent de nouveaux artistes et ont besoin de références. Mais parfois les catégories sur iTunes sont tellement bizarres ! Je ne sais même pas ce qu’ils ont mis à propose de mon album.

GBHM : Moi non plus. J’ai une dernière petite question "belge", un peu bizarre justement qui n’a rien à faire avec la musique : je suis allée à la gay pride de Cologne récemment et mon pote et moi on a trouvé ça sur l’autoroute en Belgique. T’as déjà goûté ?


O : Je n’avais jamais vu ça de toute ma vie. Mais d’après ce que je comprends, c’est des boulettes de viande. Probablement pas inoubliables, mais je ne les ai jamais goûtées. La Belgique me surprendra toujours !

PROPOS RECUEILLIS, RETRANSCRITS ET TRADUITS PAR MAUD

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire