QUILT : sous couvert(ure) de folk psyché (Interview VO/VF)



Après un premier album éponyme sorti en 2011, QUILT nous a tenu chaud (pas ma meilleure, mais on mettra ça sur le compte de la fatigue post-LEVITATION.) l’hiver dernier avec son deuxième long "Held In Splendor", enregistré à Brooklyn sous la houlette de Jarvis Taveniere des formidables Woods (dont ils partageaient d’ailleurs l’affiche du festival susmentionné).



Cet album-souvenir de tournée, enregistré en un mois dans le studio de Mexican Summer avec la collaboration d’amis musiciens de passage pour jouer qui du violon, qui du sax, est une ode au psychédélisme sixties évoquant la douce langueur d’un soir d’été (indien en l’occurrence) rafraîchie par d’habiles bourrasques pop.

De retour dans l’hexagone dans le cadre d’une nouvelle tournée européenne, nous avons rencontré Anna Fox Rochinski (chant / guitare / clavier) et John Andrews (batterie / chant) lors de leur venue à Angers pour une interview chill à lire bien entendu sous la couette.

GBHM : Anna, you and Shane [ed.: Butler, the other guitarist and founding member] met at the "Boston School of the Museum of Fine Arts" and used to hang out around the "Whitehaus Family Record" scene. Was forming Quilt a way of combining your mutual love for different kinds of art, i.e. visual art and music ?

Anna: Yes, we met at school and we happen to have been also hanging out in the scene outside of our school. So, forming the band just came up very naturally as a way of mutual appreciation I guess. It wasn’t so much intended to be a visual art project although we can’t help but bringing it out occasionally. I think that it’s more a like-minded person kind of venture. And now having John and Keven [ed.: Lareau, the bass player] has rounded everything up. We also met our first drummer Taylor at school and we’re all friends. I mean, Boston is small. So it just sort of happened very naturally.

GBHM : Why did you choose this band name ? Is it because you see your sound as a sort of patchwork ?

Anna : Well, not quite, I think it was orderly random. It just sort of came up and we decided to stick with it. It was not a conceptual decision.

John : It’s just a cool, simple, easy to remember band name. I think that’s kind of what you need if you wanna be a band. I met so many people that just have the weirdest / longest / strangest band names and it stays in my mind for maybe 2 seconds and then I forget about them.

Anna : But it’s fun watching people coming with their own interpretation of the name. We left it open.

GBHM : But did you ever receive quilts as gifts from fans ?

John (laughs) : I wish ! I love quilts. But sadly it never happened.

GBHM : I’ll make sure our readers get the message ! So, let’s talk a bit about the new album. Held In Splendor seems to have been written with a time machine, mixing 60’s psychedelica and country, with a touch of folk and modern dream pop. What have you been influenced by ?   

Anna : Well, everything you listed I suppose ! We all share a lot of music with each other and always have. We also all grew up in the 90’s and 2000’s and listened to a lot of different music during our childhood and teenage years. It was all sort of stuff ! So I think the sound we make is the meeting point of all our favorites. John and Shane grew up listening to a lot of Weezer and Blink 182, which I didn’t, I was more listening to Alanis Morissette and Fiona Apple. So all these influences are coming together in funny little ways, behind the obvious influence of the 60’s or the 70’s.

John : We listen to everything, not just 60’s or 70’s music.

Anna : That’s right, we even listen to Gregorian chants.

GBHM : Interesting! In which way has been the choice of Jarvis to produce the album determining ? How did the work go with him ?

Anna : It was great!

John : It was awesome recording with him. We had another producer in mind and it kind of fell apart at the very last moment. We had known Jarvis for years.

Anna : We were casual friends. He was already in New York and that’s where we knew we would be recording. It had done a couple of records we really liked, like for our friends Widowspeak, I really love the way their first album sounds and he produced it, so again, it was just all very natural. And he was available ! So we called up Mexican Summer and brought up the idea, and with a couple days it was all settled. It was very easy. And the work itself was very immersive. I think my ears developed a lot during the recording sessions (laughs).

GBHM : You’re playing here in Angers at a Psychedelic Music festival, from which we even have two in France. What do you think about this psych-rock resurgence ?

Anna : Yeah, there is obviously a lot of Psych Fests that pop up for some reason. But I don’t know if there is actually a reason. Waves of expression happen all the time, things catch on and people get into a certain sound for a little while. Our parents’ generation sort of created this sound and now that we are at the age they were when they created this music [ed.: Anna is the daughter of Steve Rochinski, a jazz guitarist], that might have something to do with it, a kind of consciousness of what we grew up listening to. I don’t know, there are probably lots of reasons, but I think it’s a good thing, because there are lots of bands I really like playing psychedelic music.

GBHM : Did you see (and enjoy) some other acts ?

Anna : Yes. John ?

John : We just watched Asteroid #4. Our friend Matt [ed.: Matthew Rhodes] plays bass with them. He’s our age, the rest of the guys are older. We’ve known him for a couple of years, but I’ve never seen theim play before, they’re brilliant!

Anna : Holy Waves are really good, they are playing right know.

GBHM : Oh yeah, sorry, I only have a couple of questions left, trying to do it quick, so we can all go to their gig !

Anna : No, it’s all good ! No problem ! I’d like to see Allah-Las as well, but I mean it’s hard to choose, I want to see everybody, seriously.

 

GBHM : Your tour van crashed last March in Kentucky and has been destroyed. Luckily none of you have been seriously injured. How did the donation go ? And do you still enjoy touring despite this sad episode ?

Anna : It definitely brought a fear in the back of every touring musician’s mind, but the donation process was amazing, we were able to found almost the half of the prize for the new van. We’ve been sending out tapes as “thank you gifts” in the US and brought the Europe tapes with us here [ed.: we’re waiting for ours at GBHmusic !]. So it went great, and the new van is totally solid. It was crazy though because I had just 10 days to find a new van between tours, I woke up every morning with that in mind, it was my job, searching and sending 1,000 emails and usually it would have many miles on it or it would be disgusting or too expensive. But then, this one perfect van fell out from heaven.

John : It belonged to a band, so that’s kind of a trust worthy thing. A band selling a van to another band, they have to be honest with you. So we got lucky.

Anna : And coincidentally, it ended up being a band I had common friends with. It was crazy and perfect at the same time, a very magical thing. It’s in John’s mum’s driveway right now, just waiting for us now, smelling like rotten banana, because we got as much shit out as we could before leaving on tour but not everything and…

John : …they were weird creatures growing on it…

Anna : …and there is probably a family of rats living on it right now. Just kidding, I’m sure it’s fine and your mum took great care of it.

John : Anyway, we’re very thankful to everyone who donated, seriously, it blew our mind away.

GBHM : I think people were quite shocked after they heard about the accident, I mean I was, so it’s kind of a natural process for them to donate.

John : This accident was the craziest experience of my entire life.

Anna : It could have been so much worse !

John : I always wear a seatbelt now, because I wasn’t wearing a seatbelt at the time of the accident, three of us weren’t, me, Keven and our friend Natalie who was on tour with us.

Anna : But everybody kind of kept each other in, they were all packed in the back. I was driving. Keven flew in the backseats and ended up having an injured rib. Anyway, it’s all good now. We never got an official diagnosis of what happened, but we have some ideas. It’s beside that at this point, it kind of vaporized out of our lives.

John : Thing is, that was by far the craziest tour I’ve ever been on my all life. On that tour, so many crazy things happened. But the accident was definitely the highlight ! 

Anna : Yeah, it was not the only thing that was fucked up.

GBHM : You got me curious, so what else happened ?

John : It was like the best road movie ever.

Anna : With the difference that you can’t make that shit up ! Just weird creepy hotels, with creepy people in there, crazy weather like tons of snow…

John : Weird situations ! 

Anna : Strange vibes but although cathartically fun experiences. What else was fucked up ? Running into a piece of metal in the middle of the road and the van got on fire while we were barefoot… 

GBHM : Wow, did someone film that ?

John : We filmed some things on tour and we’ll make music videos out of it.



GBHM : What’s coming next after your European tour ? Any future plans ?

John : We have a few show in October, but the priority will be to take it pretty easy and in November we gonna start writing a new album and hopefully record it in the winter or spring. We have basic riffs and basic structures for a few songs and I’m really excited about all them. And we’re all working on our own stuff too.

Anna : We all will be retreating for a tiny bit in October but we [ed.: at this point, Anna is interrupted by the arrival of Keven].

GBHM : Hi Keven, nice to meet you, you just missed the interview.

Kevin : Well that’s totally fine, nice to meet you too, I just came to have a beer with you guys.

GBHM : Alright, so cheers on that !
            

Pour nos lecteurs non anglophones, voici la version en VF !


GBHM : Anna, toi et Shane [Butler, l’autre guitariste et membre fondateur NDLR] vous vous êtes rencontrés à la "Boston School of the Museum of Fine Arts" et vous gravitiez autour de la scène "Whitehaus Family Record". Est-ce que le fait de former Quilt a été un moyen de combiner votre amour mutuel pour différents arts, à savoir les arts visuels et la musique ? 

Anna: Oui, on s’est rencontré à l’école et il s’avère qu’on se croisait en dehors de l’école sur la scène indé. Donc monter le groupe s’est fait très naturellement pour des raisons d’appréciation mutuelle. L’intention de départ n’était pas tant de créer un projet d’arts visuels, même si on ne peut s’empêcher d’en insérer à l’occasion. Je pense que c’était plus une sorte d’entreprise entre personnes ayant le même état d’esprit. Et maintenant, avoir John et Keven [Lareau, à la basse NDLR] a permis d’arrondir les angles. Nous avions également rencontré notre premier batteur Taylor à l’école et nous sommes tous amis. Je veux dire, Boston c’est petit. Donc les choses se sont faites naturellement.

GBHM : Pourquoi avoir choisi ce nom de groupe [Quilt signifie courtepointe NDLR] ? Parce que vous voyez votre son comme une sorte de patchwork ?

Anna : Eh bien, pas vraiment, je crois que c’était complètement aléatoire. C’est sorti un jour et on a décidé de le garder. Il ne s’agissait pas d’une décision conceptuelle.

John : C’est juste un nom de groupe cool, simple, dont on se souvient facilement. Je pense que c’est un peu ce dont tu as besoin quand tu veux être un groupe. J’ai rencontré tellement de gens qui avaient des noms de groupe tellement bizarres / longs / étranges, qui me restaient en tête environ 2 secondes avant de les oublier.  

Anna : Mais c’est marrant de voir les gens arriver avec leur propre interprétation du nom. On a laissé ça ouvert.

GBHM : Mais du coup est-ce qu’on vous a déjà offert des courtepointes ?

John (se marre): J’aimerais bien ! J’adore les courtepointes. Mais hélas c’est jamais arrivé.

GBHM : Je vais faire en sorte que nos lecteurs comprennent le message ! Bon, parlons un peu du nouvel album. On dirait que "Held In Splendor seems" a été écrit avec une machine à remonter le temps, mélangeant du psyche 60’s et de la country, avec une touche de folk et de dream pop plus moderne. Par quoi avez-vous été influencés ?

Anna : En fait, à peu près tout ce que tu as cité je suppose. On partage beaucoup de musique entre nous, on l’a toujours fait. On a aussi grandi dans les années 90 et 2000 et on écoutait des tas de trucs différents durant notre enfance et notre adolescence. Donc je pense que le son que nous produisons est la somme de nos coups de cœur. John et Shane ont grandi en écoutant pas mal de Weezer et de Blink 182, contrairement à moi qui étais plus branchée Alanis Morissette et Fiona Apple. Donc toutes ces influences se rassemblent de manières marrantes, derrière les évidentes références 60’s ou 70’s.

John : On écoute vraiment de tout, pas seulement de la musique estampillée 60’s ou 70’s.

Anna : C’est vrai, on écoute même des chants grégoriens !

GBHM : Intéressant ! A quel niveau le choix de Jarvis a été déterminant pour produire l’album ? Commet s’est passé le travail avec lui ?

Anna : C’était top !

John : C’était génial d’enregistrer avec lui. On pensait à un autre producteur mais c’est tombé à l’eau au dernier moment. Et comme on connaissait Jarvis depuis des années…

Anna : On était potes. Il était déjà à New York, où nous savions que nous allions enregistrer. Il a produit deux album qu’on a vraiment aimés, comme le premier de nos amis de Widowspeak, j’aime vraiment le son de cet album, donc une fois encore, ça s’est fait naturellement. Et surtout il était disponible ! On appelé Mexican Summer pour leur soumettre l’idée et en quelques jours c’était arrangé. De manière très simple. C’était une expérience de travail totalement immersive. Je pense que mon audition s’est développée pendant les sessions d’enregistrement (rires).

GBHM : Vous jouez ici à Angers dans le cadre d’un festival de musique psychédélique. On en a même deux en France à présent. Qu’est-ce que vous pensez de cette résurgence du rock psyché ?

Anna : Ouais, il est évident que pour une quelconque raison, les Festivals psyché poussent comme des champignons. Mais en fait je ne sais pas s’il y a vraiment une raison. Il se produit tout le temps de vagues successives d’expression, de choses prennent et les gens adhérent à un certain son sur une période donnée. C’est la génération de nos parents qui a créé ce son et à présent nous sommes à l’âge qu’ils avaient lorsqu’ils ont créé cette musique [Anna est la fille du guitariste jazz Steve Rochinski NDLR], ce qui peut avoir un rapport, une sorte de prise de conscience de ce que nous écoutions en grandissant. Je ne sais pas, il y a probablement des tas de raisons mais je pense que c’est une bonne chose, car beaucoup de groupes que j’aime jouent du psyché

GBHM : Vous avez vu (et aimé) d’autres groupes ?

Anna : Oui. John ?

John : On vient juste de voir Asteroid #4. Notre ami Matt [Matthew Rhodes NDLR] joue de la basse avec eux. Il a notre âge, le reste du groupe est plus vieux. On le connaît depuis quelques années mais je ne les avais jamais vu jouer. Ils sont vraiment bons!

Anna : Holy Waves sont très bons, ils sont d’ailleurs en train de jouer en ce moment même.

GBHM : Ah oui, désolée, il me reste encore quelques questions mais je vais essayer de faire vite pour qu’on puisse tous aller voir à leur concert !

Anna : Non non c’est bon ! Pas de souci. Sinon j’aimerais voir aussi les Allah-Las, mais en fait c’est dur de choisir, je veux voir tout le monde, sérieusement. 

GBHM : Votre van a fait une sortie de route en mars dernier et a été détruit. Heureusement personne n’a été sérieusement blessé. Comment s’est passé l’appel aux dons ? Et est-ce que vous aimez toujours autant partir en tournée malgré ce triste épisode ? 

Anna : Cet épisode a laissé des traces dans l’esprit de chaque musicien présent, une sorte de peur en arrière-plan mais le processus d’appel aux dons était fantastique. Nous avons réussi à réunir pratiquement la moitié du prix du nouveau van. Nous avons envoyé des cassettes de remerciements aux Etats-Unis et avons apporté avec nous celles pour l’Europe [on attend la nôtre chez GBH Music !]. Donc ça s’est très bien passé et le nouveau van est solide. C’était dingue car je n’ai eu que 10 jours pour trouver un nouveau van entre deux tournées, je me réveillais chaque matin avec ça en tête, c’était mon job de faire des recherches et d’envoyer mille mails. Et en général, ceux que je trouvais avaient trop de kilomètres au compteur ou étaient dégueu ou trop chers. Puis un jour, ce van parfait est tombé du ciel. 



John : Il appartenait à un groupe, donc c’est une histoire de confiance. Un groupe qui vend un van à un autre groupe, ils doivent être honnêtes avec toi. Donc on a eu de la chance. 

Anna : Et il s’avère que comble de coïncidence, j’avais des amis en commun avec ce groupe. C’était dingue et parfait en même temps, assez magique. Il est garé dans l’allée de la mère de John en ce moment-même et n’attend que nous. Il doit un peu sentir la banane pourrie car on a enlevé toutes les merdes qu’on a pu mais pas tout et…

John : …il y avait des créatures bizarres qui grandissaient dessus …

Anna : …et il y a sûrement une famille de rats qui vit dedans actuellement. Je plaisante, je suis sûre que ta mère en prend grand soin. 

John : Dans tous les cas, on est très reconnaissant à l’égard de tous ceux qui ont participé, sérieusement, ça nous a bluffés! 

GBHM : Je pense que les gens étaient assez choqués après avoir appris pour l’accident, perso je l’étais, donc c’est un processus assez naturel de faire un don ensuite.

John : Cet accident fut l’expérience la plus dingue de toute ma vie. 

Anna : ça aurait pu être tellement pire !

John : Depuis je porte toujours une ceinture de sécurité, car ce n’était pas le cas au moment de l’accident, trois d’entre nous n’en portaient pas d’ailleurs, moi, et notre amie Natalie qui était avec nous sur la tournée.

Anna : Mais tout le monde est resté à l’intérieur, serré les uns contre les autres à l’arrière. C’est moi qui étais au volant. Keven a volé dans les sièges arrière et a fini avec une côté fêlée. Mais à présent, tout va bien. Nous n’avons jamais eu de diagnostique officiel de ce qui s’était passé mais on a quelques idées. Mais tout ceci est derrière nous à présent, ça s’est en quelque sorte évaporé de nos vies.

John : Le truc, c’est que c’est de loin  la tournée la plus dingue à laquelle j’ai participé de ma vie entière. Tellement de trucs bizarres se sont produits sur cette tournée. L’accident, c’était le point culminant.

Anna : Ouais, c’était pas la seule chose foireuse.

GBHM : Je suis curiosité. Que s’est-il passé d’autre ? 

John : C’était le meilleur road movie de tous les temps.

Anna : A la différence que tu ne peux pas inventer ces conneries ! Entre hotels chelou et flippants, avec des gens flippants dedans, un temps hallucinant avec genre des montagnes de neige …

John : Des situations juste étranges ! 

Anna : Une "vibe" un peu étrange mais aussi des expériences marrantes au sens cathartique du terme. Qu’est-ce qu’il y a eu d’autre ? Se prendre un morceau de métal au milieu de la route, avec le van qui prend feu et nous pieds nus à l’intérieur… 

GBHM : Wow, est-ce que quelqu’un a pu filmer tout ça? 

John : On a filmé quelques trucs pendant la tournée et on va en faire des clips vidéo. 

GBHM : C’est quoi la suite après votre tournée européenne ? Les futurs projets ?

John : Il nous reste quelques concert en octobre, mais la priorité sera de se la couler un peu douce car en novembre on va commencer à écrire un nouvel album en espérant l’enregistrer cet hiver ou au printemps. Nous avons déjà des riffs basiques et la structure de quelques chansons. Je suis impatient ! Et on travaille tous aussi sur notre materiel solo.   

Anna : On va se retirer un petit peu en octobre mais on [c’est à ce moment qu’Anna est interrompue par l’arrivée de Keven NDLR].

GBHM : Salut Keven, enchantée. Par contre tu viens de rater l’interview.

Kevin : Ecoute c’est pas grave du tout, enchanté également, je venais juste pour boire une bière avec vous.

GBHM : Ok, à la tienne alors ! 

PROPOS RECUEILLIS, RETRANSCRITS ET TRADUITS PAR MAUD
PHOTO DE COUVERTURE PAR DANIEL WILDNER
PHOTO DE LA K7 PAR TED SUPERSTAR

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire