Fyfe : Interview (VO/VF) + Nouveau titre "Holding On"


High Fyfe !
Après avoir jeté sa gourme [cet article est sponsorisé par l’édition de 1762 du Dictionnaire de l’Académie française NDLR] de 2010 à 2012 sous le doux patronyme de David’s Lyre (référence aux évidents talents musicaux du roi biblique), le jeune (25 ans depuis le 8 août dernier) multi-instrumentiste slash auteur slash compositeur slash interprète anglais Paul Dixon s’est réinventé pour mon plus grand bonheur en 2013 sous le pseudo Fyfe, distillant une électro-folk alternative matinée de beats RnB, arrangements sublimes compris.

La France (enfin, sa partie d’obédience bretonnisante) a pu découvrir en live le nouveau projet du néo-crooner londonien à la voix ensorcelante lors de l’édition 2013 des toujours audacieusement défricheuses Rencontres Transmusicales de Rennes, porté par des premiers singles – manifestes aux doux noms de "Solace", "St Tropez" et "Conversations".



Avec la presque lyrique "For you", parue le 21 juillet dernier, il confirme si besoin était qu’un solo de saxophone n’est pas forcément synonyme de ringardise joe-le-taxiesque, mais peut au contraire évoquer une véritable idée de la sensualité (Thylacine approves this message).

Las, la sortie de son premier long n’étant pas prévue avant le 2 février 2015, nous vous conseillons pour patienter d’aller le (re)voir sur scène le 9 décembre prochain au Divan du Monde dans le cadre du très recommandable Winter Camp Festival [places en vente ici ou ] et de vous délecter de son nouveau titre "Holding On" qui lui sort aujourd'hui même !


En attendant donc de nouvelles et palpitantes aventures, nous l’avons interviewé dans le cadre idyllique du jardinet du Musée de la Vie Romantique, au lendemain du concert de SOHN dont il assurait la première partie au Café de la danse. 
Moment un peu hors du temps avec un artiste charmeur et charmant.

GBHM : You opened yesterday night for SOHN and that was your first Parisian gig. How did the audience react ?

Fyfe : I went to Paris a few times as a tourist and I got friends living there as well, but playing there for the first time was so nice! The crowd was lovely. I wasn’t sure what to expect because you know, it was the first time.

GBHM : It seems that France really likes you. Some people discovered you last year in Rennes at the TransMusicales Festival, some yesterday in Paris and you’ll be back in December.

Fyfe : I don’t know why, but I guess something about the sound is connecting here. And it’s amazing to me because we really do love coming here. Yesterday was our 6th French show which is quite a lot considering that the album is not even out yet. To be honest, we really enjoy being on the continent maybe more than in the UK. I don’t know why, I have the feeling the culture here around live music is really good. When people come to a show they listen to you, even if they don’t know who you are. Like last night. They were maybe 400-450 people there and probably about 20 people knew about me before, but everyone was listening and everyone gave me a chance and they seemed to like it! In some other places, they don’t give you the chance, they are just basically waiting for someone else or even if they bought a ticket to see you they talk loud, you know what I mean ? It doesn’t seem to be like that here. Or maybe we’ve just been really lucky ! (laughs)

GBHM : When I first googled you last year, the pages I found were about Fyfe Dangerfield [ed.: Guillemots frontman] or even William Patrick Fyfe, a Canadian Serial Killer.

Fyfe : Oh my goodness, I was aware of Fyfe Dangerfield of course, but the serial killer ? I’ve never seen that ! (laughs)
GBHM : Anyway, now that you’re appearing first, can you tell me why you choose this alias ? What does Fyfe stand for?

Fyfe : That’s a good question ! The truth is I don’t really have an answer. I was with some friends the other week and we were trying to come up with acronyms, so that I could have an answer to give to journalists, you know. But in the UK, Fyfe is a name, like Fyfe Dangerfield you mentioned before. Since I made new music, I wanted a new name, so to be honest I basically made a list of ten names that I liked, some random made-up words, some places… Fife is also a place in Scotland. And then I crossed the names like "hum, no that one, maybe that one, ok f y f e then !" It has no meaning whatsoever. To me, it now represents me and my music. I hope people will feel the same. I think that’s the advantage of not calling myself something like "table", do you know what I mean, right ? Fyfe doesn’t really mean anything to anyone, so hopefully when people hear it they’ll associate it with me!
GBHM : With your previous project, you signed a record contract with a major label [ed.: Mercury], but parted ways before releasing the album and then self-released it through Bandcamp. How did that experience influence the way you’re working now ?
Fyfe : It has completely changed the way I work. When you’re on a major label, there are lots of different pressures that come with that. Also your team grows, at the moment you sign, your team is massive. And so there are a lot of people that want to be involved in what you’re doing, in every aspect of what you’re doing. And so what I did is, I completely stripped everything back to the minimum and worked up from that. I’ve made this album pretty much by myself. I wrote it, I produced it and I mixed it with a friend of mine. I wanted it to be as honest as it could be, coming from me. I hope that comes across in the songs. I made them quite simple, the lyrics are not complicated, there are subtexts to them and several meanings probably, but actually the interpretation could be quite simple to some people and complicated to others, so I tried to hit those two points of interest and having it as accessible as possible, but also it being interesting enough to listen to it over and over again. It’s difficult to do. I think simplicity is the biggest thing to me, just keeping it as honest as possible, trying to get the right people involved at the right time, not rushing it, make sure it grows organically. But it was a great experience to me, I don’t regret that time of my life. It was like being thrown in the deep end of a swimming pool without knowing how to swim. For me that was very valuable. I wouldn’t be where I’m now with Fyfe if I hadn’t had that experience.
GBHM : Back then, some music journalists drew comparisons with Patrick Wolf, before focusing on similarities with James Blake and talking about the "London new electro/RnB scene". What does that inspire you and who / or what are your actual influences ?
Fyfe : I listen to a lot of late 90’s / early 2000 American hip hop like Dr. Dre, Snoop Dog, early Pharrell stuff, The Neptunes, Aaliyah, Lauryn Hill, The Fugees… The creativity of this period of time blows my mind. That’s what I grew up listening to because I have older siblings. I’m the youngest in the family. So that’s what they were listening to. I always used to steal their CDs and listen to them on "repeat". It’s only now that I’m in my twenties that I felt I could use those influences very specifically. They’ve always been there. Whatever you’re listening to influences you. In terms of actually forming a sound, my music is directly influenced by that period of time. So that’s probably one of my main influences. In terms of songwriting and vocals, I’m probably more Jeff Buckley, Elliott Smith or John Martyn oriented. To me it’s like fusing those two worlds, the story telling folk’s side and the hip hop sound.
GBHM : You produce an eclectic sound ranging from jazzy pop to symphonic electro with a touch of hip hop and RnB. What is remarkable though is the great attention paid to arrangements. Where does your love for elaborate arrangements come from ?
Fyfe : Well, I played in orchestras when I was very young and also play different kind of instruments. Another love of my life is classical music but I try not to do it too much because I think it can be gimmicky, but I like to use horns quite a lot. I don’t use strings very much now but I used to when I was younger. Violin was my main instrument. So the "big moments" in the songs come from my more classical background, all the crescendos, I don’t know, it really excites me bringing together electronic and classical music and vocals, all mix and matched together.
GBHM : How does your songwriting process look like ? Are you more of the structured kind following your classical music background ?
Fyfe : I’m not very structured, no. I just get inspired by something. It could be anything, like a poem that I read that was amazing or a new song I listened to that was creative or a good novel or just from meeting out with friends and the energy I get from them inspires me. There is no formula. But generally I tend to start with a beat and a melody and then I elaborate on that to make a song. I very rarely sit down on the piano and write a whole song. But it does happen. Only two of the tracks on the album were written like that and the rest sort is of built up from electronic melodies. I think a lot of people write tunes with the accessibility of recording software. It’s really easy to get an idea down for a section and then leave it maybe for a week, work on something else and come back to that idea. The trick is to make sure it doesn’t feel like different sections, but like a song. To me the song is the most important thing.
GBHM : What can we expect from your forthcoming album ? Can you give me some insider information ?
Fyfe : It’s finished! It’s being mastered next week [ed.: so last week], so all the mixes are done and I’m really relieved! It’s eleven tracks. It’s a good mix about 50/50 what people might know already and new things. I didn’t want to completely scrap what people already know, it is part of the journey and I wanted the album to make sense. I’m really pleased with it.
GBHM : So I guess you gonna play some of the new tracks in December when you come back to Paris ?
Fyfe : Yeah, there are at least two tracks you might not have heard yet that I will put on the set list, one of them is the next single that will be premiering next week [ed.: in fact today !].
GBHM : You’ve supported London Grammar, Cloud Control and yesterday SOHN. Do you like touring ? Do you even have time to visit the cities you’re playing in ?
Fyfe : We try to do one tourist thing in every city but actually the last few weeks we’ve been really bad at that. It’s really hard when you’re touring because you’re travelling most of the day and then you arrive and you sound check and might have two or three hours but the venue might not be near anything exciting so generally we just see the country from a window of a train or a bus or something. Touring isn’t my absolute favorite. I’m more the studio guy. It’s not to say I don’t like it, but I love writing and producing way more. I do like playing live, but it’s not my number one favorite thing.
GBHM : Your label settled the interview at the Musée de la Vie Romantique, which is an interesting choice. Do you feel in any way connected to the Romantic Movement ?
Fyfe  (laughs): Well, not especially.
GBHM : I mean, it’s a great location.
Fyfe  (laughs): Yeah, it’s beautiful, but not really my choice !
GBHM : Ok. So, this interview’s coming to its end. What can I wish you for the future ?
Fyfe : What can you wish me ? Oh. Success in France !
GBHM : You might be on a good track for that !


Pour nos lecteurs non anglophones, voici la version en VF !


GBHM : Tu ouvrais pour SOHN hier soir pour ton premier concert parisien. Comment le public a-t-il réagi ?

Fyfe : Je suis venu plusieurs fois à Paris en tant que touriste et j’ai des amis qui vivent ici, mais y jouer pour la première fois était tellement chouette ! Le public a été adorable. Je ne savais pas à quoi m’attendre parce que tu vois, c’était la première fois.

GBHM : On dirait que la France t’aime beaucoup. Certains t’ont découvert l’année dernière à Rennes lors des Trans, d’autres hier à Paris et tu reviens en décembre.

Fyfe : Je ne sais pas pourquoi, mais j’imagine qu’ils accrochent avec le son ici. Et c’est incroyable pour moi parce que j’adore venir ici. Hier, c’était notre 6e concert en France, ce qui est beaucoup si tu prends en compte le fait que l’album n’est même pas sorti. Pour être tout à fait honnête, on préfère limite être sur le continent qu’au Royaume-Uni. Je ne sais pas pourquoi, j’ai le sentiment qu’il y a une vraie culture du live ici. Lorsque les gens viennent voir un concert, ils t’écoutent, même s’ils ne savent pas qui tu es. Un peu comme hier soir. Il devait y avoir 400-450 personnes dans la sale, dont probablement 20 me connaissaient, mais tout le monde écoutait et m’a donné ma chance. Et ils ont eu l’air d’apprécier. Dans certains endroits, on ne te donne pas ta chance, les gens sont là pour quelqu’un d’autre et attendent, ou même s’ils ont acheté une place pour te voir, ils parlent hyper fort, tu vois ce que je veux dire ? Ça n’a pas l’air d’être comme ça ici. Ou alors on a juste eu de la chance (rires).

GBHM : La première fois que je t’ai googlé l’année dernière, les premières occurrences concernaient Fyfe Dangerfield [le leader de Guillemots NDLR], voire William Patrick Fyfe, un serial killer canadien.  

Fyfe : Oh mon Dieu. J’étais au courant bien entendu pour Fyfe Dangerfield, mais le serial killer ? Je n’avais jamais vu ça ! (rires)
GBHM : En tout cas, maintenant que tu apparais en premier, tu peux me dire pourquoi tu as choisi ce pseudo ? Ça signifie quoi Fyfe ?

Fyfe : C’est une bonne question ! La vérité c’est que je n’ai pas vraiment de réponse. Récemment avec quelques amis nous avons essayé de trouver des acronymes pour que je puisse avoir une réponse à donner aux journalistes. Fyfe est un nom, comme Fyfe Dangerfield que tu as cité plus tôt. Depuis que je produis un nouveau son, je voulais un nouveau nom, donc pour être honnête, j’ai simplement fait une liste de noms que j’aimais bien, des noms créés de toutes pièces, des lieux… Fife est aussi une région côtière en Ecosse [orthographiée différemment donc NDLR. Ensuite j’ai coché les noms en mode "hum, non, pas celui-ci, peut-être celui-là, ok allons-y pour Fyfe !". Il n’y a aucune signification. Pour moi, ça me représente moi et ma musique. J’espère que les gens ressentiront la même chose. Je pense que c’est l’avantage de ne pas m’appeler par exemple "table", tu vois ce que je veux dire ? Fyfe ne signifie rien de particulier pour quiconque, donc j’espère que quand les gens l’entendrons, ils l’associeront avec moi !
GBHM : Avec ton projet précédent, tu as signé un contrat avec une major [Mercury NDLR], mais vos Chemins se sont séparés avant la sortie de l’album, que tu as du coup sorti en autoproduction sur Bandcamp. Comment cette expérience a-t-elle influencé ta façon actuelle de travailler ?
Fyfe : Cela a complètement changé la manière dont je travaille. Quand tu es sur une major, il y a beaucoup de pressions différentes qui viennent avec. Ton équipe grandit, et quand tu signes, elle est énorme. Il y a beaucoup de gens qui veulent s’impliquer dans ce que tu fais, dans tous les aspects de ce que tu fais. Donc ce que j’ai fait, c’est que j’ai réduit ça au minimum et recommencé à travailler à partir de ça. J’ai pratiquement fait cet album moi-même. Je l’ai écrit, je l’ai produit et mixé avec un ami. Je voulais qu’il soit le plus honnête possible, qu’il vienne de moi. J’espère que cela se ressent dans les chansons. Je les ai rendues assez simple, les paroles ne sont pas compliquées, il y a des sous-titres et sûrement plusieurs significations différentes, mais en fait l’interprétation peut être assez simple pour certaines personnes et compliquée pour d’autres, c’est pour ça que j’ai essayé d’atteindre ces deux points d’intérêt et de le rendre aussi accessible que possible mais également assez intéressant à écouter en boucle. C’est difficile à faire. Je pense que la simplicité est la chose la plus importante pour moi, I faire les choses le plus honnêtement possible, essayer de travailler avec les bonnes personnes au bon moment, ne rien précipiter, faire en sorte que le projet grandisse de manière organique. Mais ça a été une super expérience pour moi, je ne regrette pas cette période de ma vie. C’était comme être jeté au fond d’une piscine sans savoir nager. Pour moi ça a été très précieux. Je ne serai pas où j’en suis aujourd’hui avec Fyfe si je n’avais pas eu cette expérience.
GBHM : A l’époque, certains journalistes musicaux t’ont comparés avec Patrick Wolf, avant de faire une fixette sur James Blake et de parler de la nouvelle scène électro/RnB londonnienne Qu’est-ce que ça t’inspire et quelles sont tes véritables influences ?
Fyfe : J’écoute beaucoup de hip hop américain de la fin des années 90 et du début des années 2000 comme Dr. Dre, Snoop Dog, le Pharrell des débuts, The Neptunes, Aaliyah, Lauryn Hill, The Fugees… La créativité de cette période m’époustoufle. C’est ce que j’écoutais en grandissant parce que j’ai des frères et sœurs plus âgés. Je suis le plus jeune de la famille. En fait c’est ce qu’ils écoutaient. J’avais l’habitude de voler leurs CD et de les écouter en boucle. C’est seulement maintenant que j’ai atteint la vingtaine que je me rends compte que je pourrais utiliser ces influences de manière spécifique. Elles ont toujours été là. Tout ce que tu écoutes t’influence. Pour ce qui est de former un son, ma musique est directement influencée par cette période. C’est probablement une de mes plus fortes influences. Pour ce qui est de l’écriture des chansons et du chant en lui-même, je suis plus orienté Jeff Buckley, Elliott Smith ou John Martyn oriented. Pour moi c’est comme fusionner ces deux modes, le côté “je raconte des histoires” du folk et le son hip hop.
GBHM : Tu produis un son électique qui va d’une pop un peu jazzy à de l’électro symphonique avec une touche de hip hop et de RnB. Ce qui est remarquable néanmoins, c’est l’attention que tu portes aux arrangements. D’où te vient cet amour pour les arrangements élaborés ?  
Fyfe : Eh bien, j’ai joué dans des orchestres quand j’étais très jeune où j’ai joué de différents types d’instruments. La musique classique est l’un des autres amours de ma vie, mais j’essaie de ne pas trop en inclure car ça peut vite apparaître comme un gadget. Mais j’aime utiliser des cors. Je n’utilise plus beaucoup de cordes à présent mais plus jeune je le faisais beaucoup. Le violon a été mon instrument principal. Donc les « grands moments » dans les chansons viennent de mon parcours classique, tous les crescendos, je en sais pas, ça m’excite beaucoup de mélanger musique classique et électronique, d’ajouter des chants, que tout cela s’assortisse.
GBHM : A quoi ressemble ton, processus d’écriture ? Est-ce que tu es plutôt du genre structure comme le suggère ton parcours dans la musique classique ?
Fyfe : Je ne suis pas très structuré, non. Je suis simplement inspiré par quelque chose, ça peut être n’importe quoi, un poème que j’ai lu qui était génial ou une nouvelle chanson que j’ai écoutée qui était créative  ou un bon roman ou simplement quand je vois mes potes, l’énergie qui émane d’eux m’inspire. Il n’y a pas de formule magique. Mais en général j’ai tendance à commence avec un beat et une mélodie et ensuite j’élabore une chanson à partir de ça. Je m’assois rarement au piano pour écrire une chanson entière. Mais ça peut arriver. Seuls deux des titres de l’album ont été écrits de cette façon et le reste est construit à partir de mélodies électroniques. Je pense que beaucoup de gens écrivent des titres avec l’accessibilité des logiciels d’enregistrement. C’est vraiment facile d’avoir une idée pour une section et de la laisser de côté pendant une semaine peut-être pour travailler sur autre chose et d’y revenir. L’astuce est de s’assurer que le résultat final sera une chanson, mais pas des sections mises bout à bout. Pour moi c’est la chanson la chose la plus importante.
GBHM : Que peut-on attendre de ton nouvel album ? Tu peux me donner des infos de première main ?
Fyfe : Il est terminé ! Il va être masterisé la semaine prochaine [la semaine dernière donc NDLR],donc tous les mix sont faits et je suis vraiment soulagé ! Il y a onze titres. C’est un bon mix 50/50 de ce que les gens connaissent déjà et de nouveautés. Je ne voulais pas complètement abandonner ce que les gens connaissent déjà, c’est une partie du voyage et je voulais que le rendu de l’album soit logique. J’en suis très content.
GBHM : Donc j’imagine que tu vas jouer quelques uns des nouveaux titres en décembre quand tu vas revenir à Paris?
Fyfe : Ouais, il y aura au moins deux titres que vous n’aurez pas encore entendus sur ma set list, l’un d’eux étant le prochain single qui sort la semaine prochaine [aujourd'hui en l'occurrence NDLR].
GBHM : Tu as assuré les premières parties de London Grammar, Cloud Control et hier SOHN. Tu aimes partir en tournée ? Tu as un peu le temps de visiter les villes dans lesquelles tu joues ?  
Fyfe : Nous essayons de faire un truc touristique dans chaque ville mais au cours des dernières semaines, on a été plutôt mauvais. C’est vraiment dur quand tu es en tournée car tu voyages pendant la journée et quand tu arrives, tu dois faire tes balances et ensuite tu as deux ou trois heures mais la sale n’est pas toujours à proximité d’endroits excitants donc en général on voit seulement le pays depuis une fenêtre de train ou de bus. Partir en tournée n’est pas ce que je préfère. Je préfère le studio. Je ne dis pas que je n’aime pas ça mais j’adore écrire et produire. J’aime bien jouer en live mais ce n’est pas mon truc préféré.
GBHM : Ton label a organisé l’interview au Musée de la Vie Romantique, un choix intéressant. Tu te sens connecté au Mouvement Romantique d’une manière ou d’une autre ?
Fyfe  (rires): Bah pas vraiment, non.
GBHM : Nan mais c’est un super lieu.
Fyfe  (rires): Ouais, c’est magnifique, mais pas vraiment mon choix quoi.
GBHM : Ok. Bon, cette interview touche à sa fin. Que puis-je te souhaiter pour l’avenir ?
Fyfe : Ce que tu peux me souhaiter pour l’avenir ? Oh. Du succès en France !
GBHM : J’ai l’impression que tu es sur la bonne voie !


PROPOS RECUEILLIS, RETRANSCRITS ET TRADUITS PAR MAUD
PHOTO PAR SOPHIE DERRICK

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire