Dean Wareham: "Dean Wareham" (Chronique)


Dean Wareham se dit fan de musique avant d’être musicien.
Ce nouvel album en est la preuve tant il s'apparente à une ode à celle qui partage sa vie depuis plusieurs décennies.
Depuis "Emancipate Hearts" (paru en 2013) qu’il avait enregistré avec son groupe Galaxie 500, il a voyagé, écrit et composé chemin faisant dans son Amérique natale, afin de mûrir son projet d’album…
Le résultat ? Ce bijou qui aura retenu toute mon attention.
Sur cet opus il revisite les tendance 70’s à la façon de Beck, de Bowie, et du Velvet. Ça fleure bon le sable chaud, le soleil orangé qui se couche sur San Fransico, ça laisse un goût de Californie (pour un groupe formé à New York, c’est pas banal)... Avec la météo actuelle (oui, je sais … je parle de la pluie mais surtout du beau temps) c’est complètement dans le ton.
Allons donc flâner dans les parcs et les allées avec Dean Wareham dans les oreilles. Une tendance songwriter, des guitares sagement rangées avec un chant évanescent, tout ce qu’on aime pour se laisser aller à la rêverie…
On verrait bien des images de road movies, de grandes aventure romantiques …  "What have I done with my life, what have I done with the keys ? Love is not a roof against the rain".
Des textes simples et simplement beaux, il faut prendre le temps de les écouter, il y a un message (si, si : promis!).
"Dean Wareham" c’est un peu d’amour avec notre printemps précoce, se sont des titres à garder près du cœur pour les jours de pluie.

En voici 2 extraits, vous pourrez vous procurer le reste de l'album ici.


MARIKA D

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire